La Rose de l'Espoir


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
PARTENAIRES
Mega PlugBoard Géant Annuaire referencement gratuit Annuaire Référencement Gratuit
Partenaires
Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 Le syndrome de l'intestin irritable

Aller en bas 
AuteurMessage
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Côlon irritable   Dim 31 Jan 2010 - 20:05

En médecine, le côlon irritable (appelé également troubles fonctionnels intestinaux) est un groupe d'états du colon et, dans certains cas, de l'intestin grêle. C'est une affection extrêmement fréquente.

Diagnostic:
Des critères diagnostiques ont été développés (appelés ROME III) : douleurs abdominales récidivantes au moins trois jours par mois pendant au moins les trois derniers mois, ces douleurs étant soulagées par la défécation et s'accompagnant d'une modification du rythme des selles et de leur consistance.
De nombreux autres symptômes peuvent accompagner les signes digestifs : maux de tête, fatigue, irritabilité, symptômes urinaires ou règles difficiles, dépression...
L'examen clinique est sensiblement normal mais se doit de rechercher une cause autre aux douleurs décrites.

Mécanisme
Les causes précises restent inconnues même si le stress, en particulier dans l'enfance, pourrait jouer un rôle.

Traitement:
Il n'existe aucun traitement curatif, mais la prise de probiotiques peut prévenir les éventuelles crises.
La relation médecin-malade reste un élément important du soin et la seule consultation peut avoir une réelle efficacité.
Une approche, s'inspirant d'un volet de la médecine chinoise, consiste à pratiquer des exercices internes pour évacuer les ballonnements, les flatulences, le stress et l'anxiété. Le patient pour qui cela convient peut ainsi devenir autonome et améliorer sa qualité de vie sans médicament ou intervention thérapeutique onéreuse. D'autres types de psychothérapies comportementales peuvent améliorer les symptômes.
Sur le plan pharmacologique, le médecin pourra prescrire des antiacides, des prokinétiques, des antispasmodiques, des inhibiteurs de pompes à proton, un antidiarrhéique ou un médicament contre la constipation, ou un antidépresseur à faible dose selon les symptômes les plus incommodants.
Le Tegasorod a prouvé une efficacité modérée en cas de constipation mais son utilisation a été restreinte du fait de l'augmentation d'accidents cardiaques.
Dans les formes diarrhéiques, l'Alosetron, un inhibiteur des récepteurs 5-hydroxytryptamine3, semble avoir une certaine efficacité
La menthe poivrée semble avoir un effet bénéfique notable

Pour les formes de colite simple
En premier lieu, il s'agit de rétablir les fonctions digestives ; certains extraits de son (enveloppe du grain de blé) sont utilisés en raison de leur contenu en fibres. Il peut cependant exister une exacerbation des douleurs au début du traitement. L'action réelle de ces produits reste discutée et d'autres fibres, plus solubles comme l'espaghul, extrait du plantain des Indes, pourrait avoir une efficacité meilleure

Pronostic
La gêne est souvent prolongée, pouvant atteindre plusieurs années, dépassant 7 ans dans plus de la moitié des cas. Il n' y a pas, en règle, d'évolution vers d'autres maladies. Une résolution spontanée des symptômes est toutefois assez fréquente avec le temps.



Références:


  1. Longstreth GF, Thompson WG, CheyWD et Als. Functional bowel disorders [archive], Gastroenterology, 2006;130:1480–1491<LI id=cite_note-1> Whitehead WE, Palsson O, Jones KR, Systematic review of the comorbidity of irritable bowel syndrome with other disorders: what are the causes and implications? [archive], Gastroenterology, 2002;122:1140–1156
    <LI id=cite_note-2> Autotraitement du mal de ventre ou Trucs pour ne plus se tordre de douleur, Larry Tremblay, éditeur, Québec, 2007, pp 13-18. http://www.makisoft.net/autotraitement [archive] aussi Devroede, Ghislain, Ce que les maux de ventre disent du passé, Payot, Paris, février 2003, 311 p.
    <LI id=cite_note-3> Drossman DA, Camilleri M, Mayer EA, Whitehead WE, AGA technical review on irritable bowel syndrome [archive], Gastroenterology, 2002;123:2108-2131
    <LI id=cite_note-4> Whitehead WE, Palsson O, Jones KR, Systemic review of the comorbidity of irritable bowel syndrome with other disorders: what are the causes and implications? [archive], Gastroenterology, 2002;122:1140-1156
    <LI id=cite_note-5> Spiller R, Campbell E, Post-infectious irritable bowel syndrome [archive], Curr Opin Gastroenterol, 2006;22:13-17
    <LI id=cite_note-6> Leong SA, Barghout V, Birnbaum HG et als. The economic consequences of irritable bowel syndrome: a US employer perspective [archive], Arch Intern Med, 2003;163:929–935
    <LI id=cite_note-7> Ilnyckyj A, Graff LA, Blanchard JF, Bernstein CN, Therapeutic value of a gastroenterology consultation in irritable bowel syndrome [archive], Aliment Pharmacol Ther, 2003;17:871-880
    <LI id=cite_note-8> Tremblay, Larry, Autotraitement du mal de ventre ou Soulager les troubles digestifs fonctionnels et les symptômes associés : diarrhée, constipation, migraine, insomnie, anxiété, etc., Larry Tremblay, éditeur, Québec, 2007, 188 p. http://www.makisoft.net/autotraitement [archive] ; Chang, Stephen T. Le livre des exercices internes, SIP, Stuyvesant Publishing Co. 1984, 183 p.
    <LI id=cite_note-9> Lackner JM, Mesmer C, Morley S, Dowzer C, Hamilton S, Psychological treatments for irritable bowel syndrome: a systematic review and meta-analysis [archive], J Consult Clin Psychol, 2004;72:1100-1113
    <LI id=cite_note-10> FDA permits restricted use of Zelnorm for qualifying patients [archive], News release of the Food and Drug Administration, Rockville, 27 juillet 2007
    <LI id=cite_note-11> Bradesi S, Tillisch K, Mayer E, Emerging drugs for irritable bowel syndrome [archive], Expert Opin Emerg Drugs, 2006;11:293-313
    <LI id=cite_note-bmj2008-12>↑ a et b Ford AC, Talley NJ, Spiegel BMR et als. Efficacy of fibre, antispasmodics, and peppermint oil in irritable bowel syndrome: systematic review and meta-analysis [archive], BMJ, 2008;337:a2313
    <LI id=cite_note-13> Agreus L, Svardsudd K, Talley NJ et Als. Natural history of gastroesophageal reflux disease and functional abdominal disorders: a population-based study, Am J Gastroenterol, 2001;96:2905–2914
  2. Halder SL, Locke GR III, Schleck CD, Zinsmeister AR, Melton LJ III, Talley NJ, Natural history of functional gastrointestinal disorders: a 12-year longitudinal population-based study [archive], Gastroenterology, 2007;133:799-807
  3. Pour une description clinique des critères de Rome III en français et autres ressources voir le site de l'Association des maladies gastro-intestinales fonctionnelles, seul organisme francophone de patients souffrant de troubles digestifs fonctionnels (TDF) http://www.amgif.qc.ca



  • (en) Summers RW, Elliott DE, Qadir K, Urban JF Jr, Thompson R, Weinstock JV. Trichuris suis seems to be safe and possibly effective in the treatment of inflammatory bowel disease. Am J Gastroenterol 2003;98:2034-41. PMID 14499784.


  • Ordre professionnel des diététistes du Québec, Manuel de nutrition clinique, Régime restreint en fibres et en résidus, chap. 16.6, p. 1-3, 2e édition, Montréal, 1991.


  • Ordre professionnel des diététistes du Québec, Manuel de nutrition clinique, Maladies inflammatoires de l'intestin, chap. 5.7, p. 1-5, 2e édition, Montréal, 1991.


http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4lon_irritable

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Le syndrome de l'intestin irritable   Dim 31 Jan 2010 - 20:26

Le syndrome de l'intestin irritable (SII) est une affection fréquente, dont la prévalence dans la population générale se situe entre 4 à 20 % en fonction des critères de définition qui sont adoptés. Il se caractérise par une symptomatologie dominée par une douleur ou un inconfort chro&shy;nique de l'abdomen, associée à des troubles du transit (constipation, diarrhée ou alternance des deux), se majorant lors des poussées doulou&shy;reuses. Selon les critères de définition actuels, cette symptomatologie doit évoluer depuis au moins un an et altérer la qualité de vie du malade au moins un jour sur quatre . Les objectifs du traitement sont d'abord le soulagement de la douleur abdominale mais également l'améliora-tion des troubles du transit et du ballonnement abdominal, fréquent.

Proposer un traitement efficace du SII demeure un problème fréquent en pratique quotidienne. Cependant, après plusieurs années sans avan&shy;cées thérapeutiques, la situation évolue : certains médicaments disponibles depuis plusieurs années ont été réévalués et leurs indications pré&shy;cisées ; de nouvelles possibilités thérapeutiques se précisent à la lumière de l'évolution de la conception physiopathologique du SII qui ne se limite plus à un trouble moteur digestif mais qui est devenue celle d'un modèle multifactoriel impliquant à des degrés divers une hypersensi&shy;bilité viscérale, des perturbations de la motricité digestive et des facteurs psychologiques qui modulent l'expression clinique des troubles sen&shy;sitifs et/ou moteurs ainsi que leur vécu et qui conditionnent l'importance du recours aux soins. Dans ce modèle, les perturbations des com&shy;munications bidirectionnelles qui existent entre le tube digestif et le système nerveux central jouent un rôle clé dans la genèse des symptômes



Utilité des conseils diététiques ?

Les malades atteints de SII sont particulièrement réceptifs aux conseils diététiques qui leur sont prodigués. L'enrichissement de la ration ali&shy;mentaire par des fibres est ainsi un conseil habituel. L'analyse des résultats des 20 essais d'une qualité méthodologique acceptable qui ont été consacrés au bénéfice apporté par un apport de fibres, révèle qu'un bénéfice au maximum marginal peut être attendu de ce conseil diététique, que le bénéfice thérapeutique ne peut être espéré que dans le sous-groupe SII avec constipation et que les fibres peuvent aggraver des symp&shy;tômes comme l'inconfort abdominal ou le ballonnement, notamment lorsqu'elles sont apportées sous la forme de fibres insolubles telles que le son de blé . Certains patients décrivent une relation claire entre l'ingestion de certains aliments et la survenue de leurs symptômes. Mais aucun niveau de preuve acceptable n'existe pour justifier des régimes d'exclusion . Chez des malades ayant des traits obsessionnels, tout particulièrement les ballonnés, un régime d'exclusion strict peut avoir des effets délétères



Antispasmodiques

L'utilisation d'antispasmodiques (anticholinergiques, bloqueurs des canaux calciques) est une première option thérapeutique fondée. Des troubles moteurs (rythme minute jéjunal, contractions iléales de grande amplitude à propagation colique, réponse motrice recto-sigmoïdienne à l'ali-mentation excessive et/ou anormalement prolongée) existent au cours du SII. Les troubles de la motricité peuvent expliquer les perturbations du transit mais ils ne peuvent pas résumer la physiopathologie du SII car leur présence est inconstante et leur correspondance avec les douleurs abdominales est aléatoire.

L'efficacité des antispasmodiques a fait l'objet de plusieurs méta-analyses. Toutes soulignent que ces essais ont eu d'importantes faiblesses (cri&shy;tères de sélection des malades mal définis, défaut de puissance des essais, schémas d'études inadaptés, critères de jugement parfois imprécis, nombre de perdus de vue important). Ces méta-analyses ne sont pas concordantes. Trois d'entre elles après l'analyse respectivement de 26, 23 et 16 essais contrôlés ont abouti à la conclusion que seuls certains antispasmodiques (trimébutine, pinaverium, mébévérine) étaient efficaces pour soulager la douleur (risque relatif : 2,0) alors qu'ils étaient inefficaces pour améliorer les troubles du transit . La méta-analyse la plus récente aboutit à des conclusions opposées, globalement négatives sauf pour l'octylonium qui n'est pas disponible en France . Il est cepen&shy;dant démontré que les antispasmodiques réduisent la motricité colique et le réflexe gastro-colique en réponse à l'alimentation. En pratique, il semble légitime de discuter l'emploi de cette classe thérapeutique tout particulièrement chez les malades souffrant en période post-prandiale de douleurs abdominales et d'un besoin exonérateur impérieux. Des antispasmodiques d'action rapide tels que le phloroglucinol sont surtout indiqués pour soulager à la demande des phénomènes douloureux abdominaux paroxystiques.





Citrate d'Alvérine

Le citrate d'alvérine (Météospasmyl®️) associe deux principes actifs, le citrate d'alvérine (60 mg par capsule) et la siméthicone, composé hydro&shy;soluble qui combine à de la silice à un topique couvrant, la diméticone. Expérimentalement, le citrate d'alvérine agit au niveau des cellules musculaires lisses, abolit les contractions grêliques induites par les stimulations afférentes parasympathiques. Il possède également une action anti-nociceptive viscérale via une action antagoniste sur les récepteurs 5-HT1A de la sérotonine. L'efficacité clinique du Météospasmy®️ au cours du SII a été principalement évaluée dans deux essais randomisées en groupes parallèles, menés en double aveugle, réalisées en France . Dans ces 2 études, l'efficacité d'une monothérapie par Météospasmyl®️ a été comparée à celle d'un médicament antispasmodique, la trimébutine dans un cas et la mébévérine dans l'autre. Dans ces essais, le citrate d'alvérine a obtenu chez des malades définis par les critères de Rome I, des résultats globalement non différents de ceux du traitement de référence.



La montmorillonite beidellitique (BEDELIX®️)

L'efficacité de cette argile naturelle a été évaluée contre placebo dans un essai contrôlé mené en groupes parallèles chez 524 malades souffrant d'un SII selon les critères de Rome I . Dans le sous groupe des malades souffrant d'un SII avec constipation, le Bédélix®️ a amélioré la dou&shy;leur abdominale et le confort digestif de façon significativement supérieure au placebo. Dans les 2 autres sous groupes (SII avec diarrhée et SII avec alternance diarrhée-constipation), l'efficacité du Bédélix®️ a été meilleure que celle du placebo mais sans atteindre la signification statis&shy;tique.



Action sur le contenu luminal

AGIR SUR LA FLORE INTESTINALE ?

Le rôle d'une flore endoluminale quantitativement anormale dans la genèse des symptômes est envisagé depuis plusieurs années, notamment par l'équipe du Cedars-Sinai Medical Center, sur la base des résultats anormaux du test respiratoire à l'hydrogène après charge en lactulose. La conviction de ces auteurs en faveur du rôle d'un déséquilibre de la flore dans le SII a été renforcée par l'amélioration des symptômes de SII après un traitement de la pullulation microbienne endo-luminale par néomycine dans un essai contrôlé mené chez 111 malades . Cette théorie d'une pullulation microbienne au cours du SII est contestée puisque d'autres équipes n'ont pas observé cette pullulation bactérienne endolu&shy;minale dans le SII . La valeur diagnostique du test au lactulose pour identifier une pullulation bactérienne endo-luminale est également discutée et les résultats de l'essai contrôlé intriguent en raison notamment de la très faible amélioration symptomatique (11-15 %) dans le groupe placebo .

ADMINISTRATION DE PROBIOTIQUES ?

Par leur action potentielle sur la flore mais également par leurs propriétés anti-inflammatoires intestinales, les probiotiques pourraient avoir un impact thérapeutique. Ils font l'objet d'un certain nombre de travaux actuellement. Un cocktail de probiotiques, le VSL # 3, associant de grandes quantités de lactobacilles et de bifidobactéries, a obtenu des résultats intéressants, dans un essai contrôlé contre placebo, chez 25 ma&shy;lades avec un SII diarrhéique. Le cocktail a amélioré le ballonnement abdominal sans avoir d'effet significatif sur le transit ou la douleur ab&shy;dominale . Un essai contrôlé irlandais mené chez 77 patients, qui sera publié très prochainement, rapporte qu'un cocktail de Lactobacillus salivarius et de Bifidobacterium infantis incorporé dans un produit lacté a obtenu des résultats supérieurs à ceux d'un placebo, notamment pour atténuer la douleur abdominale, peut être via la normalisation du rapport cytokines anti-inflamatoires/cytokines pro-inflamatoires au ni&shy;veau de la muqueuse intestinale .

LA SOLUTION THÉRAPEUTIQUE DU SII SE TROUVE - T - ELLE DANS CERTAINS CAS ÉGALEMENT CHEZ L ' HERBORISTE ?

Pourquoi pas si on se base sur les résultats d'une équipe allemande qui obtient à 4 semaines, dans une étude contrôlée, des résultats très supé&shy;rieurs au placebo avec deux mélanges associant respectivement 5 et 6 plantes médicinales. L'efficacité de cette solution thérapeutique, bé&shy;néfique également dans la dyspepsie fonctionnelle, demande confirmation.



Action sur l'axe « intestin-cerveau »

Comme cela a été souligné précédemment, les travaux visant à comprendre les mécanismes l'hypersensibilité viscérale observée au cours du SII ont mis en lumière l'implication des perturbations bidirectionnelles qui existent entre le tube digestif et le système nerveux central, le « brain-gut axis » des anglo-saxons . L'hypersensibilité viscérale, résulte soit d'une sensibilisation des neurones afférents primaires de la paroi digestive (mise en jeu de récepteurs nociceptifs pariétaux normalement silencieux, sensibilisation des mastocytes présents au contact im&shy;médiat des terminaisons nerveuses sensitives digestives), soit être d'origine centrale et être liée à une hyperexcitabilité des neurones de la corne postérieure de la moelle amplifiant les messages sensitifs d'origine digestive ou à un trouble de l'intégration des messages sensitifs digestifs au niveau du système nerveux central supra-spinal. L'imagerie cérébrale fonctionnelle (IRM fonctionnelle, PETscan) révèle que lors d'une disten&shy;sion digestive, certaines zones corticales (région limbique et cingulaire antérieure) s'activent davantage chez les malades SII que chez des té&shy;moins, alors que parallèlement, les aires cérébrales normalement impliquées dans l'inhibition de la douleur sont moins activées. Les aspects psychologiques du SII ne peuvent être oubliés même si la prévalence des troubles psychiatriques au cours du SII reste débattue. Le terrain psy&shy;chologique interfère avec la perception et l'intégration des informations sensitives d'origine digestive, en maintenant notamment un état d'hy-pervigilance à ces stimuli. Au cours du SII par rapport à une population contrôle, existe un phénomène d'anticipation de la réponse doulou&shy;reuse qui conduit les malades à rapporter une sensation douloureuse pour des stimuli de moindre intensité. L'emploi d'antidépresseurs à faibles doses et le recours à une approche psychothérapique non médicamenteuse sont les deux approches thérapeutiques non exclusives possibles ac&shy;tuellement pour agir sur cet axe cerveau-tube digestif. Le recours à des médicaments agissant sur les récepteurs de la sérotonine et qui sont déjà disponibles dans certains pays tels que les USA, sera vraisemblablement possible dans un proche avenir en France.



UNE ALTERNATIVE ANCIENNE REMISE À L ' ORDRE DU JOUR : LES ANTIDÉPRESSEURS

Le recours aux antidépresseurs est une première alternative thérapeutique qui se justifie pour agir non seulement sur d'éventuelles perturba&shy;tions thymiques mais aussi sur la sensibilité viscérale. Les antidépresseurs tricycliques, à faible dose sont déjà employés dans d'autres douleurs telles que la migraine, les douleurs thoraciques non angineuses, les douleurs neuropathiques ou les douleurs cancéreuses. Leur mécanisme d'ac-tion (effet au niveau des nerfs périphériques et/ou action centrale) demeure hypothétique. L'effet objectif des tricycliques sur la sensibilité vis&shy;cérale est également controversé. Mais une action sur l'humeur n'est pas nécessaire pour rendre ces molécules efficaces puisque des doses faibles, inférieures à celles préconisées dans la dépression, obtiennent un bénéfice thérapeutique qui s'installe dans les deux premières semaines mais qui n'apparaît parfois qu'après le premier mois de traitement.

Le bénéfice mis en évidence initialement dans des études ouvertes avait été contesté par une première méta-analyse portant sur les essais réa&shy;lisés avant 1996 . Mais les méta-analyses incluant des essais contrôlés plus récents montrent que la probabilité d'amélioration sous tricy&shy;cliques est supérieure à celle observée sous placebo, avec un risque relatif variant selon les méta-analyses de 2.6 à 4.0 . La principale cible thérapeutique paraît être le groupe des malades souffrant régulièrement de douleurs abdominales modérées à sévères, en rapport avec un SII avec diarrhée. La dose efficace doit être atteinte progressivement. Les effets secondaires du traitement sont habituellement mineurs aux doses utilisées. Un essai thérapeutique de 1 à 3 mois semble légitime avant de conclure à l'inefficacité de cette classe. En cas d'efficacité, une dimi&shy;nution progressive des doses peut être envisagée au bout de 6 mois de traitement.

Les conclusions des méta-analyses doivent être pondérées par les résultats de l'essai contrôlé le plus récent réalisé avec les standards actuels requis pour les essais thérapeutiques au cours du SII . Cet essai a testé chez 201 malades souffrant d'un trouble fonctionnel intestinal (SII dans 80 % des cas), l'efficacité thérapeutique de la désipramine donnée pendant 12 semaines à la dose journalière de 150 mg/j, atteinte pro&shy;gressivement, par paliers de 50 mg sur les 3 premières semaines de traitement. Cette dose progressivement croissante était proposée pour li&shy;miter les effets secondaires. En analyse en intention de traiter, le bénéfice apporté par la désipramine n'a pas été significativement supérieur au placebo mais il est devenu significatif lors de l'analyse per-protocole, surtout lorsque les malades avec désipraminémie indétectable (donc probablement non compliants au traitement) ont été exclus. L'adhésion du malade à ce type de traitement est probablement un point critique.

L'utilisation d'antidépresseurs agissant par inhibition sélective du transporteur assurant la recapture de la sérotonine (IRS) est une seconde op&shy;tion séduisante pour 3 raisons : 1) les effets neuromodulateurs de la sérotonine sur le tube digestif, 2) l'efficacité de ces inhibiteurs dans le trai&shy;tement des séquelles de traumatismes psychologiques graves, situation vécue par certains malades souffrant de TFI, 3) la moindre fréquence des effets secondaires avec les IRS qu'avec les tricycliques . Les résultats obtenus avec ces IRS sont moins convaincants que ceux des tri-cycliques . L'essai testant l'efficacité de la fluoxétine a abouti à des conclusions négatives. Celles-ci sont peut être liées à une erreur de 2 e ordre, puisque seulement 40 malades ont participé à l'étude. D'autre part, un bénéfice thérapeutique avec une réduction de la douleur dans le groupe des sujets hypersensibles a été démontré alors qu'il n'est pas apparu dans le sous groupe des malades normosensibles . La paroxé&shy;tine, autre médicament de cette classe, a comme intérêt potentiel d'avoir également un effet anticholinergique pouvant améliorer les spasmes abdominaux. Dans un essai multicentrique réalisé chez 81 malades sélectionnés pour ne pas avoir été améliorés par l'enrichissement de leur alimentation par un minimum de 25 g de fibres par jour, la paroxétine, à une posologie variant de 10 à 40 mg/j, a seulement amélioré les troubles du transit, réduit l'urgence du besoin et les difficultés d'exonération mais n'a pas eu d'effet sur la douleur. L'amélioration globale du confort obtenu avec la paroxétine s'est expliquée surtout par l'amélioration des troubles de l'humeur. Tous les essais ne sont pas aussi négatifs : dans une étude contrôlée menée dans le nord de l'Angleterre, la paroxétine (20 mg/j pendant 3 mois) a été supérieure à 3 mois, en intention de traiter, à une prise en charge classique pour améliorer les paramètres de la dimension physique du score de qualité de vie SF36 chez des ma&shy;lades avec un SII sévère . L'absence de relation entre effet antalgique et effet antidépresseur est confirmée par l'échec de ces inhibiteurs sé&shy;lectifs de la recapture de la sérotonine pour soulager la douleur alors que les troubles thymiques sont améliorés. Des études complémentaires apparaissent donc nécessaires pour savoir si les IRS ont une place dans la stratégie thérapeutique des TFI, notamment dans les formes sévères.

MÉDICAMENTS AGISSANT SUR LES RÉCEPTEURS DE LA SÉROTONINE

La sérotonine est un important neuro-transmetteur ainsi qu'une molécule à effet paracrine au niveau digestif. La sérotonine libérée par les cel&shy;lules entérochromaffines a des effets périphériques péristaltiques, sécrétoires, vasculaires et nociceptifs. Les communications bidirectionnelles système nerveux entérique-SNC comportent également des communications sérotoninergiques. Parmi les sous types connus de récepteurs de la sérotonine, quatre (5HT1, 5HT2, 5HT3 et 5HT4) ont été particulièrement étudiés au niveau digestif et des médicaments agissant sur les ré&shy;cepteurs 5HT3 et 5HT4 ont été développés pour le traitement des SII .

Des antagonistes des récepteurs 5-HT3 [5-HT3 (-)] ont été d'abord développés. Ces 5-HT3 (-) bloquent la transmission du message sensitif et ralentissent le transit. Ils sont donc particulièrement indiqués au cours des SII avec diarrhée. Six larges essais multicentriques contrôlés, re&shy;groupant au total 1 762 malades contre 1 356 dans le groupe placebo, ont été menés avec l'alosétron, premier 5-HT3 (-). La méta-analyse de son efficacité révèle que dans le sous-groupe des femmes souffrant d'un SII avec diarrhée, la probabilité d'amélioration est de 1.81 avec la né&shy;cessité de traiter 7 malades pour obtenir chez un malade un effet supérieur au placebo. Le développement du médicament a cependant été stoppé par son efficacité incertaine chez les hommes, l'installation d'une constipation en cours de traitement chez 1 malade sur 4 mais surtout par la survenue de plusieurs cas de colites ischémiques imputables au médicament. L'alosétron, retiré par le laboratoire qui le développait, est réapparu sur le marché US, sous la pression des associations de malades, avec de telles mentions restrictives qu'il apparaît une option thé&shy;rapeutique désormais accessoire dans la stratégie thérapeutique.

Le cilansétron, est un second 5-HT3 (-) en phase finale d'évaluation. Un essai multicentrique international a démontré chez plus de 700 ma&shy;lades souffrant d'un SII à forme diarrhéique, qu'à la dose quotidienne de 2 mg × 3, il apporte sur 6 mois un bénéfice thérapeutique supérieur au placebo sans effet secondaire grave. Le bénéfice thérapeutique de ces 5-HT3 (-) au cours du SII diarrhéique est démontré. Le problème crucial pour cette classe thérapeutique est de savoir si les colites ischémiques observées avec l'alosétron sont dues à la structure chimique du produit ou représentent un effet de classe thérapeutique. La question d'un effet promoteur d'une ischémie colique se pose avec d'autant plus d'acuité que la prévalence de la colite ischémique pourrait être plus élevée, dans un rapport 3 pour 1, chez les malades souffrant d'un SII par rapport à la population générale .

La deuxième grande classe médicamenteuse agissant sur les récepteurs de la sérotonine sont les agonistes des récepteurs 5 HT4 [5-HT4 (+)] qui améliorent de façon dose dépendante la sensibilité viscérale en stimulant parallèlement le péristaltisme . L'indication élective de cette classe, essentiellement représentée actuellement par le tégasérod, est le SII avec constipation. Une revue des 8 essais contrôlés réalisés avec cette mo&shy;lécule montrent que son efficacité est dose dépendante (supérieure avec 12 mg/j qu'avec 4 mg), que la probabilité d'amélioration est de 1,19 par rapport au placebo et que le nombre de malades à traiter est de 14 avec 12 mg/j . Le dernier essai non inclus dans cette revue et réa&shy;lisé en Asie, rapporte un gain de 19 % par rapport au placebo le 1 er mois de traitement avec un bénéfice thérapeutique dès la fin de la 1 ère se &shy;maine et un gain de 14 % sur la totalité de l'essai de 3 mois . La fréquence des effets secondaires, dominés par les céphalées, a été faible dans ces différents essais et leur gravité mineure. Le cisapride, autre 5-HT4 (+) a été retiré du marché en raison des troubles du rythme ventri&shy;culaire qu'il induisait. La revue des données électrocardiographiques chez 2 516 malades de 3 essais contrôlés n'a montré aucun trouble du rythme pharmacologiquement induit . Une équipe de Dallas vient cependant de rapporter un cas d'infarctus du myocarde survenu dès la 2 e prise d'un comprimé de 6 mg .

LA PRISE EN CHARGE PSYCHOLOGIQUE

Elle peut s'envisager selon différentes modalités : séances de relaxation ou d'hypnose, psychothérapie cognitivo-comportementale. Les émo&shy;tions, les évènements de vie (divorce, deuil, histoire d'abus sexuel qui est identifiée chez près des 30 % des malades), l'exposition régulière à des stress dans le milieu familial ou professionnel, un comportement anormal face à la maladie jouent un rôle maintenant bien établi dans l'ap-parition et l'évolution des symptômes. Des études basées sur l'IRM fonctionnelle ou le PETscan ont révélé que l'activation des zones cérébrales lors d'une stimulation digestive est affectée par l'état psychologique du malade et que la mise en jeu inhabituelle de certaines zones est réver&shy;sible avec un traitement psychothérapique . Ces données rendent logique une approche psychothérapique dans la prise en charge, notam&shy;ment pour les malades les plus sévères.

Plusieurs études ont apporté récemment des éléments objectifs en faveur d'une telle attitude même si toutes souffrent d'une part de l'absence d'un vrai groupe contrôle et d'autre part de l'impossibilité avec ce type d'approche de mener une étude en double aveugle. Enfin, beaucoup des résultats disponibles dans la littérature proviennent d'une seule équipe . Dans son étude bicentrique récente, Drossman a comparé les ré&shy;sultats d'une psychothérapie (une séance hebdomadaire d'une heure pendant 12 semaines) à ceux obtenus par de simples séances d'explication sur les symptômes et la physiopathologie du SII d'une durée équivalente. La psychothérapie s'est révélée supérieure à cette seule infor&shy;mation avec un nombre de malades à traiter de 3. Les résultats de la psychothérapie ont été légèrement supérieurs à ceux obtenus par la dési&shy;pramine dans un autre bras de traitement. Une seconde étude contrôlée réalisée en Angleterre a démontré qu'une psychothérapie faisant tra&shy;vailler le malade sur ces émotions et les relations entre émotions et symptômes obtenait des résultats symptomatiques équivalents à 3 mois et meilleurs à 1 an que ceux obtenus par la paroxétine . A New York, l'équipe du Mount Sinai School a démontré qu'une approche théra&shy;peutique combinée (psychothérapie + traitement médicamenteux) obtenait des résultats supérieurs au seul traitement médicamenteux . Les arguments montrant l'utilité d'une prise en charge psychothérapique, notamment chez les malades sévères, s'additionnent. Restent deux diffi&shy;cultés à résoudre : organiser en pratique cette prise en charge psychothérapique et convaincre les malades de l'accepter.

L'hypnose est une autre alternative non médicamenteuse. Son effet a été essentiellement évalué par une équipe de Manchester qui a démontré de façon convaincante la supériorité symptomatique de cette technique par rapport à une psychothérapie de soutien ou l'absence pure et simple de traitement . Cet effet symptomatique s'associe à une amélioration objective de la sensibilité viscérale. Pour que le praticien soit réel&shy;lement convaincu, il paraît cependant nécessaire que d'autres équipes, moins hyper-spécialisées, confirment cet effet symptomatique.




Conclusions



Les données concernant l'efficacité des traitements actuellement disponibles sont plus précises. De nouvelles molécules, essentiellement les mé&shy;dicaments agissant sur les récepteurs de la sérotonine devraient bientôt être disponibles. D'autres molécules sont dans le pipe-line. La recherche fondamentale a permis d'identifier de nombreux agents susceptibles d'agir sur les voies de la sensibilité viscérale. Certaines de ces molécules, comme par exemple les antagonistes des tachykinines, en sont déjà au stade d'essais cliniques chez l'homme . Il est donc probable que les médicaments agissant sur les récepteurs de la sérotonine ne résumeront pas, dans un avenir plus ou moins proche, nos nouveaux moyens phar&shy;macologiques d'action sur les communications bidirectionnelles tube digestif système nerveux central et que d'autres médicaments viendront s'ajouter à notre arsenal thérapeutique. Les essais cliniques détermineront également si la prise en charge thérapeutique des TFI repose sur une monothérapie ou sur des combinaisons médicamenteuses ou sur l'association d'un traitement médicamenteux et d'une prise en charge psy&shy;chologique.

Enfin, il est difficile d'oublier que les différences individuelles à un traitement donné sont génétiquement déterminées. Cette susceptibilité gé&shy;nétique explique que, pour une dose donnée d'un médicament, un individu réponde de façon satisfaisante ou non au traitement et qu'il soit exposé ou non aux effets secondaires du même médicament. L'essor de la pharmaco-génomique devrait permettre de mieux définir les types de malades apparaissant les meilleurs candidats pour les différentes classes thérapeutiques actuelles et en développement.



http://www.fmcgastro.org/default.aspx?page=348

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Dim 31 Jan 2010 - 20:30

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est aussi nommé syndrome du côlon irritable. En France, on utilise également le terme « colopathie fonctionnelle ». Il s’agit d’un trouble digestif qui se caractérise par la modification de la vitesse de passage des aliments dans l’intestin et par des malaises ou des sensations douloureuses.
Lorsque les phases de contraction et de relâchement des muscles intestinaux sont plus rapides ou plus fortes que la normale, le côlon (gros intestin) n’a pas le temps d’absorber l’eau contenue dans les aliments. Cela provoque des épisodes de diarrhée. Lorsque les contractions sont plus lentes et plus faibles que la normale, le côlon absorbe trop de fluides, ce qui entraîne de la constipation. Les selles sont alors dures et sèches.
Généralement, on distingue trois sous-catégories du syndrome en fonction du type de symptômes principaux.

  • Syndrome avec douleur et diarrhée.
  • Syndrome avec douleur et constipation.
  • Syndrome avec douleur, diarrhée et constipation.


Le syndrome de l’intestin irritable est considéré comme un trouble fonctionnel plutôt que comme une maladie. Il s’agit d’un mauvais fonctionnement qui ne cause pas de lésions apparentes à l’intestin. Par exemple, contrairement à la colite ulcéreuse, il n’y a pas d’inflammation de la muqueuse intestinale. Quant au terme syndrome, il désigne un ensemble de symptômes.
Ce trouble se développe de façon graduelle chez les adolescents et les jeunes adultes. Dans la plupart des cas, le syndrome de l’intestin irritable est chronique. Cependant, les personnes touchées peuvent connaître des périodes de rémission plus ou moins longues. Leurs malaises peuvent apparaître chaque jour pendant une semaine ou un mois, puis disparaître, ou encore durer toute leur vie. Seulement une minorité de patients présentent des symptômes très incommodants.
On a constaté que d’autres troubles sont associés à ce syndrome, comme des menstruations douloureuses, le syndrome de fatigue chronique et la fibromyalgie.

Avis. Si les malaises sont incommodants ou inquiétants, consulter son médecin pour confirmer ou non le diagnostic de côlon irritable. En effet, d’autres problèmes de santé (intolérance alimentaire, endométriose ou maladie de Crohn, par exemple) peuvent donner des symptômes similaires.

Le syndrome de l’intestin irritable est un trouble fréquent : il est la cause de 30 % à 50 % des consultations des gastroentérologues. En revanche, il est difficile de préciser sa prévalence. D’une part, on soupçonne que la moitié des personnes atteintes ne consultent pas leur médecin à ce sujet. D’autre part, il existe deux grilles de diagnostic différentes (Manning et Rome III), ce qui influence le nombre de personnes considérées comme souffrant du syndrome de l’intestin irritable. On estime, cependant, que ce syndrome touche de 10 % à 20 % de la population des pays occidentaux; il s’agit surtout de femmes.
Au Canada, le syndrome de l’intestin irritable touche entre 10 % et 14 % de la population. Deux fois plus de femmes que d’hommes en souffrent.
Causes


Les causes de ce trouble sont encore inconnues et font l’objet de nombreuses recherches. Deux hypothèses de base sont proposées : soit les personnes atteintes souffrent de contractions anormales et douloureuses de l’intestin, soit elles sont plus sensibles que la normale aux mouvements du côlon et du rectum, habituellement imperceptibles.
Comme les femmes sont plus touchées que les hommes et que leurs malaises s’aggravent durant leurs menstruations, certains chercheurs pensent que les changements hormonaux jouent un rôle.
Il est aussi possible qu’il y ait un lien entre le syndrome de l’intestin irritable et des sévices sexuels ou physiques vécus durant l’enfance.
Selon certaines données, jusqu’à 25 % des cas de syndrome de l’intestin irritable surviennent après une infection gastro-intestinale. L’hypothèse d’un déséquilibre de la flore intestinale est aussi explorée.
Par ailleurs, certains chercheurs pensent qu’un taux anormal de sérotonine dans le tube digestif pourrait être la cause du syndrome. Cela pourrait expliquer pourquoi de nombreux patients touchés souffrent d’anxiété et de dépression. Il faut savoir que la sérotonine a un effet important sur l’humeur et sur les mouvements intestinaux.
On ne croit pas que le syndrome de l’intestin irritable est causé par une sensibilité ou par une intolérance alimentaire. Les deux peuvent toutefois en aggraver les symptômes. Par ailleurs, on a déjà pensé que le stress était une cause de ce trouble, mais ce n’est pas le cas. Par contre, il en augmente généralement les symptômes (particulièrement la douleur).
Complications possibles


À la différence des maladies intestinales plus sérieuses, telles que la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn, le syndrome de l’intestin irritable ne cause pas d’inflammation, n’altère pas la structure de la muqueuse intestinale et n’augmente pas le risque de souffrir d’un cancer colorectal. Par contre, la douleur, la diarrhée et la constipation qu’il entraîne peuvent être très incommodantes.
Le syndrome de l’intestin irritable peut aussi gêner sérieusement les activités professionnelles et sociales de ceux qui en souffrent, appauvrir leur qualité de vie et entraîner de l’anxiété et de la dépression.
Les personnes dont le syndrome se caractérise surtout par des diarrhées peuvent également avoir une déficience en vitamines et en minéraux.
Symptômes



La gravité, le type et le nombre de symptômes varient beaucoup d’une personne à l’autre. Certains individus peuvent présenter plusieurs des symptômes suivants :

  • De la constipation ou de la diarrhée, parfois en alternance.
  • Des douleurs et des crampes au ventre, qui disparaissent souvent avec l’évacuation de gaz ou de selles.
  • Des ballonnements et des flatulences.
  • Une « activité intestinale » bruyante (borborygmes).
  • Un besoin parfois urgent d’aller à la selle.
  • Une sensation d’évacuation incomplète des selles.
  • Du mucus dans les selles.

Ces symptômes surviennent généralement après les repas.
D’autres symptômes, qui ne sont pas directement reliés aux intestins, sont parfois présents : par exemple, des maux de tête, des nausées, des brûlures d’estomac, une douleur pelvienne chronique, des maux de dos (bas du dos), des troubles du sommeil.

Note. Du sang dans les selles, de la fièvre, une douleur intense ou une diarrhée incontrôlable qui surviennent la nuit ne sont pas des symptômes du syndrome de l’intestin irritable. Ils peuvent être causés par une maladie plus grave, et une consultation médicale s’impose.

Les femmes sont de deux à trois fois plus touchées par le syndrome de l’intestin irritable que les hommes. On ne sait pas si c’est parce qu’elles sont plus à risque ou parce que les hommes consultent moins à ce sujet.

Les personnes âgées de moins de 35 ans sont le plus à risque. Le syndrome de l’intestin irritable apparaît souvent entre la fin de l’adolescence et l’âge de 25 ans


Comme les causes du syndrome de l’intestin irritable sont mal cernées, les facteurs de risques sont impossibles à préciser pour l’instant.


Malgré les recherches, la médecine ne propose encore rien de convaincant pour traiter le syndrome de l’intestin irritable. Les auteurs d’une synthèse publiée en 2006 ont conclu que le SII devait être traité tant sur le plan psychologique que sur le plan physiologique, car il s’agirait d’un trouble touchant les interactions du cerveau et du système digestif6.
Le fait de modifier son alimentation et de bien gérer son stress peut réduire les symptômes dans les cas légers ou modérés. Dans les cas où les malaises sont très incommodants, le médecin peut prescrire des médicaments qui réduisent la douleur en agissant sur les mouvements et les contractions de l’intestin.
Alimentation


Journal alimentaire
Avant d’entreprendre un traitement, il est recommandé de noter pendant quelques semaines ce qu’on mange afin d’identifier les aliments qui déclenchent systématiquement les malaises. Ensuite, il est conseillé d’éliminer les aliments à problèmes de son menu. Les conseils d’un nutritionniste peuvent être d’un grand secours : ils permettent de continuer à manger de façon équilibrée malgré le retrait de certains aliments du menu quotidien.
Quelques conseils pour réduire les malaises

  • Augmenter la consommation de fibres solubles, car elles sont douces pour l’intestin : les céréales d’avoine, la farine d’avoine, l’orge et la crème d’orge, par exemple.
  • Réduire la consommation de fibres insolubles, car elles sont irritantes : le blé entier, le son de blé et les petits fruits, par exemple.
  • Réduire les matières grasses, car elles stimulent beaucoup les contractions de l’intestin.
  • Limiter les aliments qui peuvent causer des gaz : ceux qui contiennent du sorbitol (un édulcorant présent dans les gommes à mâcher sans sucre) ou ceux qui contiennent du fructose (comme les pommes avec leur peau, les figues et les dattes).
  • Limiter les produits laitiers seulement en cas d’intolérance au lactose.
  • Éviter le café, le thé, l’alcool et le chocolat.
  • Remplacer les épices par les fines herbes.
  • Consommer la salade et les légumes crus à la fin des repas.
  • Boire de l’eau régulièrement au cours de la journée.
  • Manger à des heures régulières, bien mastiquer et ne pas sauter de repas.


Pour en savoir plus, consultez notre fiche Diète spéciale Syndrome de l’intestin irritable.
Gestion du stress


La gestion du stress permet un meilleur cycle des phases de détente et de contraction de l’intestin. Elle permet aussi de diminuer les tensions musculaires et nerveuses. Apprendre à mieux vivre les situations stressantes est important, voire essentiel, dans le cas des personnes dont le stress est un facteur déclenchant. Cet apprentissage peut se faire dans le cadre d’une psychothérapie ou grâce au recours à diverses techniques antistress.
À la Clinique Mayo, on suggère les techniques suivantes :
- le biofeedback;
- le yoga;
- la massothérapie;
- la méditation;
- la respiration profonde.
En outre, faire de l’exercice physique régulièrement (30 minutes ou plus par jour) est une bonne manière d’évacuer le stress et de combattre la constipation.
Pour en savoir plus, on peut consulter notre dossier sur le stress.
Psychothérapie ou thérapie comportementale


Des études ont montré que la psychothérapie et la thérapie comportementale aident à réduire les symptômes du syndrome de l’intestin irritable. La rencontre d’autres personnes souffrant des mêmes troubles que soi peut aussi aider. Les discussions de groupe et les conseils de spécialistes en médecine comportementale peuvent aider le malade à mieux comprendre son syndrome et à maîtriser peu à peu ses symptômes.
Groupes de soutien


Des organismes sans but lucratif se sont donné pour mission d’améliorer la qualité de vie et le bien-être des individus atteints du syndrome de l’intestin irritable. Ils diffusent des renseignements sur des sites Internet, ils donnent des conférences, ils organisent des rencontres de groupe, etc. Ils permettent aux personnes atteintes de SII de connaître les traitements offerts, de briser leur isolement et de partager leur expérience avec d’autres personnes souffrant de ce trouble. Voir la liste des groupes de soutien à la fin de cette fiche.
Médicaments


Il se peut que certaines personnes aient besoin d’une aide supplémentaire pour que leurs symptômes s’atténuent. Le médecin peut leur suggérer de recourir à des médicaments de synthèse assurant un soulagement immédiat.


  • En cas de constipation : des suppléments de fibres, aussi appelés laxatifs de lest ou de masse (par exemple, Metamucil®️ et Prodiem®️), ou des émollients (qui ramollissent les selles) à base de docusate de sodium (Colace®️) ou Soflax®️) peuvent aider. S’ils n’ont pas d’effet, on peut employer des laxatifs osmotiques (lait de magnésie, lactulose, Colyte®️, Fleet®️). Les laxatifs stimulants (Ex-Lax, par exemple) doivent seulement être utilisés en dernier recours car, à long terme, ils peuvent nuire à la motilité de l’intestin.

    Note. Zelnorm®️
    . Ce médicament, approuvé en 2002, a été retiré du marché au Canada en avril 20077. Au cours d’essais cliniques, sa consommation a été associée à un risque accru de troubles coronariens. Il était destiné aux femmes qui souffraient du syndrome de l’intestin irritable et dont le symptôme prédominant était la constipation.
  • En cas de diarrhée : Les suppléments de fibres améliorent souvent la consistance des selles en cas de diarrhée. Ils méritent d’être essayés avant d’avoir recours à un médicament antidiarrhéique. S’ils ne soulagent pas la diarrhée, on peut employer des antidiarrhéiques comme le lopéramide (Imodium®️, par exemple).
  • En cas de douleur : des antispasmodiques (substances qui combattent les spasmes). Certains ont un effet direct sur la relaxation musculaire, comme le bromure de pinavérium (Dicetel®️, par exemple) ou la triméqbutine (Modulon®️, par exemple). D’autres agissent indirectement, comme la dicyclomine et l’hyoscyamine. Lorsque ces traitements ne soulagent pas le patient, de faibles doses d’antidépresseurs peuvent être utilisées, car elles peuvent réduire la sensibilité intestinale, particulièrement celle des personnes dont le symptôme principal est la diarrhée.


Vous souffrez du fait que votre côlon est irritable et pourtant on vous a dit que vos tests étaient tous normaux. Comment est-ce possible?
Vos malaises sont dus à un mauvais fonctionnement et à une hypersensibilité de votre intestin. Les tests qui existent ne permettent pas de « voir » ces anomalies; c’est pourquoi leurs résultats sont « normaux ». Mais cela n’empêche pas que vos malaises sont bien réels et qu’ils ne sont pas attribuables à votre « imagination »!
Puisque vos tests seront toujours normaux, il n’est pas nécessaire que vous en passiez d’autres que ceux déjà recommandés par votre médecin. Ce dont vous avez besoin, ce n’est pas de plus d’examens, mais d’un soulagement de vos malaises. C’est là qu’il faut concentrer les efforts.
Bien que plusieurs approches puissent calmer vos symptômes, on ne peut actuellement guérir du syndrome de l'intestin irritable. Il vous faudra donc apprendre à vivre avec lui! La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est pas dangereux et qu’il n’entraîne pas d’autres maladies. Et, comme les malaises ont tendance à fluctuer, vous pouvez espérer connaître des périodes où vos symptômes seront moins intenses.

Dr Jean-Daniel Baillargeon, gastroentérologue

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=syndrome_intestin_irritable_pm

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Dim 31 Jan 2010 - 20:50

alors la franchement tu sais pas la meilleure, ce syndromr jr l'ai mais ils pensent quue c'est peut etre du a la maldie plutot qu'un truc isolé, en tout cas c'est pas drole a vivre
Revenir en haut Aller en bas
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Dim 31 Jan 2010 - 22:21

1994:Danquechin Dorval E, Delvaux M; Allemand H, Allouche S, Van Egroo LD; Lepen C
[Profil et l'évolution du syndrome du côlon irritable. Futurs étude épidémiologique nationale de 1301 patients suivis pendant 9 mois en gastro-entérologie. Groupe d'Etude Nationale sur le Syndrome de l'intestin irritable (SII)]
Gastroentérologie clinique et biologique 1994;18(2):145-50.


De Mars à 1989 Octobre, 237 gastro-entérologues français inclus 1301 patients référés pour le syndrome du côlon irritable à un enfant de 9 mois de l'enquête épidémiologique fondée sur des questionnaires et d'auto-évaluation mensuelle. Dans la population de patients, la forte prépondérance de femmes (sexe ratio: 2,33), la forte prévalence de la cholécystectomie (9%), une appendicectomie (53%) et une association avec au moins un des symptômes de dyspepsie non ulcéreuse (70%) ont été observés. Cinquante pour cent des patients ont terminé les 9 mois de la période de suivi, parmi eux, 60% déclarent une amélioration de leurs symptômes, mais 30% seulement en leur qualité de vie et indépendamment de l'évolution clinique. Cette étude suggère que les symptômes et la qualité de vie des patients consultant pour le syndrome du côlon irritable devraient être prises en compte séparément, tant dans la pratique quotidienne et dans l'évaluation thérapeutique.

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Dim 31 Jan 2010 - 22:48

Je te mets des posts que j'ai vu dans un fofo ...
Bonjour,
Je souffre du syndrome de l'intestin irritable depuis 3 ans. Au début j'avais mal de temps en temps mais cela restait supportable. Depuis un an environ, j'ai mal tous les jours, je vomis quand je mange, je m'évanouis, fais des crises de spasmophilie, d'angoisse... Je n'arrive plus à manger, à dormir, à sortir de chez moi et j'ai peu tous les jours d'avoir mal. Je voulais savoir si vous aussi vous vivez ce syndrome de la même manière que moi et sinon comment faites vous pour vivre au quotidien avec ça. Merci de votre aide



Cercle vicieux, le stresse va compliquer tes problèmes.

Tu es plutot constipée ou diarrhée?

bonjour je connais car je souffre du syndrome aussi
a vrai dire la premiere crise qui a ete d ailleurs le jour du diagnostic etait il y a 13 ans mais a l epok je me souvien que j avai eu des "poudres" a boire type pansements intestinaux en cas de grosse crise comme tu decris c bizzarre que tu nest pas de traitement ou qqchose tu as été voir un gastro?bises




j'ai cela aussi depuis 7 mois et c'est très dure à vivre.
J'ai été tranquille quelques semaines. J'espèrais même être guérit mais non.
Faut que je retourne vois mon généraliste pour mon traitement.
Hier je suis restée 1h aux toilettes à pleurer de douleurs.
Généralement, la douleur commence le matin 15 mn après mon réveil, elle ne me fait pas mal au début mais après aie aie aie.

Je suis en congé parental donc ça va quand même mais comment vais je gérer quand je reprendrais le travail, ça je sais pas

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Dim 31 Jan 2010 - 22:53

Syndrome du côlon irritable / Syndrome de l’intestin irritable (SII)

Par Le monde est ailleurs

Trouble fonctionnel intestinal chronique.

Le syndrome de l'intestin irritable (SII) est caractérisé par une perturbation de la fonction intestinale provoquant des douleurs abdominales récurrentes.

Le syndrome débute le plus souvent au début de l'âge adulte et on estime que 15% de la population adulte en est atteinte. C'est donc une condition très fréquente. Malgré la présence de fréquents symptômes intestinaux, on ne met en évidence aucune maladie organique du tube digestif ni aucune cause précise. Il apparaît parfois après un épisode de diarrhées infectieuses.

Le SII se manifeste par des douleurs abdominales récurrentes, accompagnées de selles fréquentes et molles, et qui sont généralement soulagées par la défécation. Un ballonnement abdominal, la présence de mucus dans les selles et des troubles de la défécation, comme une sensation d'urgence pour aller à la selle, le besoin de forcer pour déféquer ou une sensation d'évacuation incomplète font aussi partie des symptômes mentionnés par les patients. Les selles sont habituellement normales le matin, mais les douleurs abdominales survenant durant la journée entraînent un changement dans la fréquence et la consistance des selles. Malgré le soulagement des douleurs après la défécation, celles-ci peuvent réapparaître après l'ingestion d'aliments riches en gras ou d'autres stimulants intestinaux tels le café. Les symptômes digestifs fonctionnels peuvent atteindre le tube digestif en entier, de la bouche à l'anus. En outre, chez le même patient, on pourra retrouver plusieurs différents symptômes.

Il est important de rassurer l'individu qui souffre du SII tout en vérifiant que les symptômes présentés ne correspondent pas à une autre maladie. Des analyses sanguines, une sigmoïdoscopie, une culture des selles, lorsque indiquées, s'avèrent utiles pour confirmer l'absence d'autres affections.

L'identification de facteurs de stress peut mener à une intervention spécifique. Une diète riche en fibres peut contribuer à diminuer les symptômes. Il est important de se souvenir que le traitement du SII doit être « personnalisé ». Un traitement médicamenteux est rarement indiqué et devra être utilisé avec parcimonie et pour une courte période en visant des symptômes comme les douleurs abdominales, les diarrhées et dans certains cas, la constipation.

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Dim 31 Jan 2010 - 23:03

Avec les problèmes d’estomac (la dyspepsie fonctionnelle ou dyspepsie non ulcéreuse), le syndrome de l’intestin irritable fait partie de ce que l’on appelle troubles digestifs fonctionnels. Il a porté différents noms au fil du temps, les scientifiques n’étant pas sûrs de l’origine du problème : côlon irritable, colite muqueuse, colite spasmodique, intestin nerveux, etc.


Syndrome de l'intestin irritable : Introduction


Le syndrome de l'intestin irritable traduit un ensemble de symptômes très incommodants, qui touche environ 15 % de la population, davantage les femmes que les hommes. Après le rhume, c'est la deuxième cause d'absentéisme au travail.

Même si le stress n'en est pas une cause directe, il est fortement lié au syndrome. C'est sans doute pour cette raison que le problème touche surtout les jeunes adultes, qui sont appelés à prendre les plus grandes responsabilités de leur vie (travail, mariage, famille, achat d'une maison). On remarque d'ailleurs que, si le syndrome est chronique, il a tendance à s'atténuer avec l'âge.

Il importe de souligner que le syndrome de l'intestin irritable n'évolue jamais vers une maladie. Il ne cause ni maladie inflammatoire de l'intestin, ni cancer intestinal, et il n'entraîne pas la mort. C'est un trouble bénin, qui peut toutefois devenir très incommodant.

On remarque d'ordinaire les symptôme suivants :




Dr Victor Plourde
06/09/2001
Copyright Rogers Média, 2001

Syndrome de l'intestin irritable : Quelles sont les causes ?


Fragilité de l'intestin. On a longtemps cru que ce problème résultait d'une inflammation de l'intestin. On sait maintenant qu'il n'en est rien. Les recherches les plus récentes attestent que le syndrome de l'intestin irritable n'est pas dû à une anomalie intestinale mais, plus simplement, à une hypersensibilité, à une fragilité de l'intestin. Il s'agit donc d'un intestin plus ' capricieux ' qui réagit, par des spasmes et des contractions, à des facteurs comme le stress quotidien ou qui est provoqué par différents événements (divorce, deuil, perte d'emploi, etc.), les changements hormonaux et la consommation de certains aliments.
Les scientifiques n'ont pas encore pu préciser la raison exacte de cette fragilité, mais il semble que l'hérédité ne soit pas, à elle seule, responsable du problème.

Pour soulager la douleur. Lorsque vos maux de ventre se manifestent, reposez-vous, si possible. Allongez-vous et déposez une bouillotte d'eau chaude ou un coussin chauffant sur votre abdomen. Respirez profondément et détendez-vous. Sachez que les analgésiques ne règlent rien et que la chronicité des symptômes risque de susciter une dépendance à ces médicaments.

Se détendre. Le stress est étroitement lié au syndrome de l'intestin irritable. Tout ce qui contribue à vous détendre devrait aussi soulager ou prévenir vos symptômes. Dormez suffisamment et, tous les jours, consacrez au moins 30 minutes à vous délasser en prenant un bain chaud ou en écoutant une musique douce. Le plus souvent possible, pratiquez une activité que vous aimez.

Apprendre à gérer le stress. La méditation, la visualisation, les massages, l'autohypnose ou toute autre technique de relaxation vous aidera à maîtriser votre stress. Une activité physique pratiquée régulièrement (au moins trois fois par semaine) est également un bon moyen d'évacuer le stress. Parlez-en à votre médecin.

Noter les facteurs de stress dans un journal de bord. Considérez votre intestin comme un baromètre interne de vos émotions. Ainsi, si les douleurs surviennent quand vous devez prendre la parole en public, ou assister à des réunions familiales, par exemple, il est utile de déterminer ce qui vous angoisse.

Limiter impérativement la consommation de certains aliments. Si vous remarquez que certains aliments provoquent des maux de ventre, il vaudrait mieux en diminuer la consommation. Sachez que les matières grasses sont un puissant stimulant des contractions de l'intestin. Par conséquent, éliminez au maximum sauces grasses, fritures, pâtisseries et fast food. Méfiez-vous des aliments épicés et de ceux qui causent des flatulences (oignons, choux, haricots, brocoli et chou-fleur, surtout), généralement mal tolérés par un intestin irritable.

Boissons à redouter. Le café peut devenir une source de problèmes, car la caféine semble souvent mal supportée par un intestin fragile. En outre, les hydrates de carbone complexes contenus dans la bière et les tannins qu'on trouve dans le vin rouge risquent fort d'exacerber les symptômes. Évitez-les.

Ajouter des fibres à son alimentation. Les fibres sont particulièrement efficaces contre la diarrhée et la constipation. Les meilleures fibres à ajouter à votre alimentation sont les fibres non solubles contenues dans le son, les grains entiers, les fruits et les légumes. Mais si vous n'êtes pas habitué à en consommer, allez-y graduellement : une augmentation trop rapide de la quantité de fibres dans votre régime alimentaire peut entraîner des flatulences.

Prendre des graines de psyllium pour favoriser la régularité. Si vous êtes gravement et continuellement constipé, vous pouvez utiliser des laxatifs naturels, à base de graines de psyllium broyées. En vente libre dans les pharmacies, ces produits ne créent pas d'accoutumance pendant de longues périodes, contrairement aux laxatifs chimiques.
Boire beaucoup. Afin d'assurer le bon fonctionnement de votre intestin, il vous faut boire suffisamment, soit entre six et huit verres d'eau (éventuellement de jus de fruits ou de légumes) par jour.

S'assurer qu'il ne s'agit pas d'intolérance alimentaire. Les maux de ventre peuvent parfois être la conséquence d'une intolérance au lactose (présent dans les produits laitiers) ou au sorbitol (présent dans les gommes à mâcher). Cela signifie que votre organisme a de la difficulté à les absorber. Pour savoir s'il s'agit d'intolérance, éliminez ces substances de votre alimentation pendant quelques jours et voyez comment votre intestin réagit.

Syndrome de l'intestin irritable : Quand consulter ?



  • Vos symptômes vous inquiètent ou sont devenus plus importants.
  • Vous perdez du poids (cela peut indiquer une maladie).
  • Vous avez du sang dans vos selles (cela peut indiquer une maladie).
  • Vous désirez plus de renseignements sur le sujet.

Syndrome de l'intestin irritable : Que se passe-t-il lors de l'examen?


Les symptômes du syndrome sont suffisamment typiques pour que le médecin puisse poser son diagnostic à partir d'un questionnaire et d'un examen physique. Parfois, pour éliminer la présence de maladies sous-jacentes, des prises de sang, des échantillons de selles, des radiographies de l'estomac et de l'intestin, une endoscopie de l'appareil digestif (examen à l'aide d'une petite lumière) et une manométrie (examen qui permet d'étudier les mouvements de l'intestin) peuvent être requis.


Syndrome de l'intestin irritable : Quel est le traitement ?


S'il s'agit d'une maladie sous-jacente, on entreprend le traitement requis. S'il s'agit du syndrome de l'intestin irritable, les conseils pratiques (voir plus haut) suffisent habituellement à maîtriser le problème. L'aide d'une diététiste est parfois nécessaire.

Lorsque ces moyens restent sans effet, le médecin peut recourir à la médication. Il prescrit des antispasmodiques, capables de régulariser les mouvements de l'intestin. Les prokinétiques quant à eux, stimulent l'intestin. Des antidépresseurs agissant sur la sérotonine ou l'amytriptiline donnent de bons résultats sur la sensibilité intestinale, même si les mécanismes sont encore mal compris.

Pour certaines personnes, la psychothérapie se révèle un soutien important dans la gestion des symptômes, compte tenu que les émotions semblent agir sur la motricité des intestins.
Il faut se souvenir que le traitement du syndrome de l'intestin irritable est personnalisé. Il n'existe pas de réponse toute faite ou universelle. La connaissance de soi, de ses symptômes et une collaboration entre le patient et le médecin sont essentielles pour explorer les façons de régler le problème.

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Mar 2 Fév 2010 - 22:55

Le colopathe est ce malade dont le diagnostic correspond à un syndrome de l'intestin irritable, facilement établi en fonction des critères de Rome au vu d'une coloscopie normale. Malade chronique puisque par définition , il souffre plus de 3 mois par an de son abdomen, le colopathe sait bien que ses symptômes sont aggravés par le stress. Face à ce trouble chronique et bénin, il est tentant d'agir sur la personnalité du malade pour prévenir les rechutes.
La littérature classique a volontiers insisté sur la personnalité particulière de ces patients, décrivant l'hypochondriaque obsédé par ses performances intestinales, l'hystérique envahissant le cabinet de son médecin avec ses plaintes multiples, ou encore le paranoïaque systématiquement aggravé par les effets secondaires de son traitement. Si ces descriptions caricaturales correspondent à des observations isolées bien connues des gastroentérologues, il faut bien reconnaître qu'elles ne sont pas d'une grande aide dans la pratique quotidienne. Bien entendu, il arrive de voir un patient qui dit n'avoir jamais de besoins exonérateurs, ne jamais aller à la selle malgré des présentations répétées aux toilettes, en dépit d'un temps de transit des marqueurs radiopaques d'une vingtaine d'heures. Mais ce patient est alors plus proche d'un trouble obsessionnel compulsif que de cette très nombreuse cohorte de colopathes, source de multiples consultations .
Au cours des années 1980-1990, les études cliniques visant à établir un lien entre la colopathie et des troubles psychologiques ont été poursuivies en utilisant des échelles de profil psychopathologique validées. Wald et coll , utilisant la " Hopkins system check list ", ont comparé des patients consultant pour constipation selon que le temps de transit des marqueurs radiopaques était normal ou allongé. Les patients constipés avec un temps de transit des marqueurs normal étaient significativement différents des sujets contrôles et des patients constipés avec un temps de transit des marqueurs allongé, en particulier pour les scores de dépression et d'anxiété. Devroede et coll , utilisant le Minnesota Multiplasic Personnality Inventory (MMPI), ont comparé des patientes constipées qui avaient toutes un allongement important du temps de transit des marqueurs radiopaques. Ces auteurs distinguaient les patientes en fonction de la nature fonctionnelle ou organique (inertie colique) de leur constipation. Les résultats du MMPI étaient différents entre les patientes constipées et un groupe contrôle apparié souffrant de maladie rhumatologique chronique. Les résultats n'étaient pas différents selon la nature fonctionnelle ou organique de la constipation.
Dans le travail de Talley et coll, les échelles de personnalité, déterminées par l'utilisation du MMPI, n'étaient pas différentes entre les patients souffrant d'un syndrome de l'intestin irritable et ceux suivis pour dyspepsie non ulcéreuse . Surtout, ces auteurs n'observaient pas de différence entre les échelles de personnalité des patients souffrant d'intestin irritable et celle des patients suivis pour une maladie organique (principalement reflux gastro-sophagien, maladie ulcéreuse et colites inflammatoires).
En résumé, les études utilisant des échelles de personnalité confirmaient les données cliniques classiques, avec des traits marqués d'hystérie, d'hypochondrie, de paranoïa, et une tendance assez nette à la dépression et à l'anxiété. Toutefois, ces études ne montraient pas de différences majeures entre les colopathes et des " reflueurs " par exemple , suggérant que les troubles psychologiques ne représentaient pas une explication majeure à l'origine des troubles fonctionnels intestinaux.
Au cours des années 1990-2000, les études s'intéressant au lien entre colopathie et troubles de personnalité ont renoncé à chercher un lien de causalité et se sont surtout intéressées à prendre en considération les troubles de personnalité dans le cadre d'une prise en charge globale des colopathes. Les résultats de Wald et coll suggéraient déjà que la plainte constipation pouvait représenter un symptôme demande d'aide chez les patients consultant malgré un temps de transit objectif normal.
En 1988, Drossman et coll démontraient que les échelles du MMPI étaient significativement différentes entre des sujets contrôles et des patients consultant pour syndrome de l'intestin irritable. Mais les patients souffrant d'un syndrome de l'intestin irritable mais ne consultant pas pour leurs symptômes n'étaient pas différents de celle des sujets contrôles. Ces résultats suggéraient donc que les troubles de personnalité observés chez le colopathe ne dépendaient pas tant de la colopathie elle-même que de l'état psychologique du patient souffrant de colopathie . En 2000, Drossman et coll démontraient que les troubles fonctionnels digestifs les plus sévères s'observaient surtout chez des patients ayant des troubles de personnalité, en particulier des scores de dépression élevés et une mauvaise capacité de faire face à la maladie. Les auteurs recommandaient donc d'étudier et de traiter la comorbidité psychiatrique associée à la colopathie.
En 2002, à l'issue de ce survol des 20 dernières années, on peut donc dire que la personnalité du colopathe est (re) devenue un objectif important de la prise en charge qui a fait l'objet d'un rapport d'experts . Ce rapport propose :
d'agir au niveau de la relation médecin/malade ;
de rechercher un lien entre le symptôme fonctionnel digestif et un événement dans le passé du patient (type abus sexuel) ;
de rassurer le malade sur la bénignité de sa maladie ;
d'apprendre au patient à devenir le manager de sa maladie chronique ;
d'avoir recours à des avis et prises en charge spécialisées.
Ces propositions ne sont pas toujours aisées à mettre en uvre dans la pratique et une étude a bien montré que la réalité de la prise en charge de troubles fonctionnels digestifs est assez éloignée de la conduite proposée par des experts . Le temps disponible ne permet pas toujours au gastroentérologue de rechercher une association entre le symptôme et le passé du patient quand on sait que la colopathie peut représenter une véritable histoire de vie . Le nombre de thérapeutes comportementalistes n'est pas suffisant pour proposer systématiquement un essai de prise en charge par exemple par l'hypnose .
De ce fait, la pratique clinique est limitée le plus souvent chez le colopathe à la relation thérapeutique établie lors de la consultation. Sur ce plan, le rapport d'experts suggère d'être particulièrement attentif aux points suivants :
faire ressortir les croyances, les inquiétudes, les attentes du patient et répondre à ses besoins ;
faire preuve d'empathie (le malade doit se sentir cru, compris, et estimé ) ;
clarifier les malentendus ;
nformer le malade ;
établir un plan de traitement avec lui.
Deux notions paraissent importantes à prendre en considération pour aboutir au respect des objectifs de cette relation thérapeutique. Concernant les croyances, les inquiétudes et les attentes du patient, les travaux de Whitehead ont montré l'importance de l'apprentissage social, du comportement des parents face à la colopathie, des bénéfices de l'enfant lorsqu'il " profite " de ses symptômes somatiques pour recevoir des récompenses. Cet apprentissage joue un rôle déterminant dans la demande de soins des colopathes et explique, au moins en partie, les traits de personnalité différents des colopathes selon qu'ils consultent ou ne consultent pas pour leurs symptômes. Ne pas tenir compte de l'importance culturelle qui s'attache aux racines éducatives face à la maladie risque de provoquer une mésentente avec le malade.
Pour établir un plan de traitement avec le malade, tenir compte du symptôme dominant associé à la douleur abdominale (constipation, diarrhée, ballonnement abdominal) pourrait être utile même si les échelles de personnalité ne varient pas en fonction du symptôme dominant . La technique de sémiométrie qui étudie non pas la personnalité mais le système de valeurs d'un individu a suggéré en effet des différences nettes. Lorsque la constipation prédomine, le patient attend surtout de la douceur et de la compréhension de la part de son médecin. Le ballonné et le diarrhéique s'opposent puisque le premier attend des consignes thérapeutiques strictes tandis que le second demande seulement des conseils et souhaite rester maître de son plan de traitement.

REFERENCES1. Thompson WG, Longstreth GF, Drossman DA, Heaton KW, Irvine EJ, Muller-Lissner SA. - Functional bowel disorders and functional abdominal pain. Gut 1999 ; 45 Suppl 2 : II43-7.
2. Frexinos J, Denis P, Allemand H, Allouche S, Los F, Bonnelye G. - [Descriptive study of digestive functional symptoms in the French general population]. Gastroenterol Clin Biol 1998 ; 22 : 785-791.
3. Wald A, Hinds JP, Caruana BJ. - Psychological and physiological characteristics of patients with severe idiopathic constipation. Gastroenterology 1989 ; 97 : 932-937.
4. Devroede G, Girard G, Bouchoucha M, Roy T, Black R, Camerlain M, et al. - Idiopathic constipation by colonic dysfunction. Relationship with personality and anxiety. Dig Dis Sci 1989 ; 34 : 1428-1433.
5. Talley NJ, Phillips SF, Bruce B, Twomey CK, Zinsmeister AR, Melton LJ, 3rd. - Relation among personality and symptoms in nonulcer dyspepsia and the irritable bowel syndrome. Gastroenterology 1990 ; 99 : 327-333.
6. Drossman DA, McKee DC, Sandler RS, Mitchell CM, Cramer EM, Lowman BC, et al. - Psychosocial factors in the irritable bowel syndrome. A multivariate study of patients and nonpatients with irritable bowel syndrome. Gastroenterology 1988 ; 95 : 701-708.
7. Drossman DA, Whitehead WE, Toner BB, Diamant N, Hu YJ, Bangdiwala SI, et al. - What determines severity among patients with painful functional bowel disorders ? Am J Gastroenterol 2000 ; 95 : 974-980.
8. Drossman DA, Creed FH, Olden KW, Svedlund J, Toner BB, Whitehead WE. - Psychosocial aspects of the functional gastrointestinal disorders. Gut 1999 ; 45 Suppl 2 : II25-30.
9. Yawn BP, Lydick E, Locke GR, Wollan PC, Bertram SL, Kurland MJ. - Do published guidelines for evaluation of Irritable Bowel Syndrome reflect practice ? BMC Gastroenterol 2001 ; 1 : 11.
10. Le Breton D. - Mots et Maux de ventre : Editions Métailié Paris France ; 2000.
11. Houghton LA, Heyman DJ, Whorwell PJ. - Symptomatology, quality of life and economic features of irritable bowel syndrome - the effect of hypnotherapy. Aliment Pharmacol Ther 1996 ; 10 : 91-95.
12. Denis P, Dewe C, Dorival MP, Helluin C, Lecouturier MF, Malandain C, et al. - [Experience of problems caused by biofeedback among the hospital staff]. Gastroenterol Clin Biol 1990 ; 14 : 5-7.
13. Levy RL, Jones KR, Whitehead WE, Feld SI, Talley NJ, Corey LA. - Irritable bowel syndrome in twins : heredity and social learning both contribute to etiology. Gastroenterology 2001 ; 121 : 799-804.
14. Whitehead WE. - Psychosocial aspects of functional gastrointestinal disorders. Gastroenterol Clin North Am 1996 ; 25 : 21-34.
15. Levy RL, Whitehead WE, Von Korff MR, Feld AD. - Intergenerational transmission of gastrointestinal illness behavior. Am J Gastroenterol 2000 ; 95 : 451-456.
16. Denis P, Meyrand MF. - Le profil psychoculturel des patients souffrant des colons irritables diffère selon le symptôme prédominant (constipation, diarrhée, ballonnement). Gastroenterol Clin Biol 1995 ; 19 : A75.


http://www.fmcgastro.org/default.aspx?page=206

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Mar 2 Fév 2010 - 23:00

Plus de 40 chercheurs, scientifiques et experts des probiotiques venus d'Europe et d'Amérique du Nord se sont rassemblés à Québec pendant deux jours pour participer au Séminaire Scientifique de l'Institut Rosell-Lallemand. Issus de disciplines très différentes et complémentaires, des neurosciences à la gastro-entérologie en passant par l'éthologie, tous partagent un intérêt commun pour la recherche et les applications liées aux probiotiques. Le séminaire avait pour thème central les relations complexes qu'entretiennent le cerveau et l'intestin. Des études passionnantes et innovantes qui contribuent à mieux comprendre les interactions entre cet axe << cerveau-intestin >> et la flore intestinale ainsi que le potentiel des probiotiques furent présentées. Des études comportementales chez les animaux montrent en effet que les probiotiques peuvent aider à gérer le stress ou l'anxiété, ou même influer sur le comportement. Ces résultats aident à mieux appréhender ceux observés lors d'essais cliniques chez l'homme. Des maladies complexes dont on sait aujourd'hui qu'elles impliquent l'axe cerveau-intestin , tel le syndrome de l'intestin irritable, peuvent être ciblées avec des probiotiques. Ce rendez-vous inter-disciplinaire unique se révéla une excellente plate-forme d'échanges d'idées ainsi que d'approches méthodologiques et de compétences, permettant aux participants d'établir de nouvelles directions pour l'avenir de la recherche sur les probiotiques et d'ouvrir la voie à de nouvelles applications.
Cerveau-intestin-microbes: un triangle fascinant
L'idée d'un axe cerveau-intestin n'est pas nouvelle, les premières recherches sur le sujet remontant aux années soixante, comme nous le fait remarquer le Professeur Vassilia Theodorou de l'INRA/Ecole d'Ingénieur de Purpan, à Toulouse (France). Par contre, le fait que la communication se fasse dans les deux sens, et que l'intestin puisse envoyer des messages vers le cerveau est un concept plus récent. Encore plus innovante est l 'idée d'impliquer la flore intestinale, et l'apport de probiotiques, dans ce dialogue cerveau-intestin.
de McMaster University Medical Centre, à Hamilton (Canada), résume : << La microflore intestinale affecte en profondeur les fonctions de l'organisme hôte et devrait être prise en compte dans une conceptualisation moderne de l'axe cerveau-intestin. >> Il explique : << Dans un tel modèle, des facteurs psychologiques, tel le stress ou l'anxiété, ont une influence sur la physiologie intestinale, altérant ainsi l'habitat de la microflore. La microflore va à son tour avoir un impact sur la physiologie intestinale ainsi que sur les défenses immunitaires au niveau de la muqueuse digestive. Nos récents résultats indiquent que des perturbations de la microflore digestive peuvent influer sur le comportement. Ces données soulèvent l'hypothèse d'un rôle central de la microflore dans le cas de troubles gastro-intestinaux fonctionnels comme le syndrome de l'intestin irritable, pour lequel des perturbations de la flore vont non seulement induire des dysfonctionnements intestinaux, mais pourraient aussi contribuer à la comorbidité psychiatrique que l'on retrouve chez 60% des patients. >>
Jusqu'ici, les probiotiques étaient surtout reconnus pour leurs effets sur les fonctions et la santé digestives, effets pour lesquels ils sont largement documentés: prévention des diarrhées et des ballonnements, régulation du transit, intolérance au lactose.... Plus récemment, on a également mis en évidence leurs interactions avec les défenses immunitaires, et leur potentiel à les stimuler ou leur rôle dans la prévention des allergies. Avec leur effet sur l'équilibre de la microflore intestinale, il apparaît que les probiotiques peuvent également affecter l'axe cerveau-intestin, comme cela a été largement illustré au cours du séminaire.
Des effets possibles sur le stress, l'anxiété et le comportement
Plus d'une dizaine d'études scientifiques furent présentées, montrant un impact de certains probiotiques sur le comportement animal, leur réaction face au stress, à l'anxiété ou même le processus de mémorisation suite à une infection. Par exemple, ...
Didier Desor, Professeur en Neurosciences Comportementales et Cognitives à l'Université Henri Poincaré de Nancy (France), a présenté une étude pré-clinique sur l'anxiété avec un probiotique déjà documenté chez l'homme pour ses bénéfices sur les symptômes gastro-intestinaux liés au stress (Probio'Stick(TM) de l'Institut Rosell-Lallemand). Grâce à un modèle animal validé avec le diazepam, il a été montré que ce probiotique réduisait les signes d'anxiété chez des souris, montrant ce que les chercheurs qualifient d'effet << de type anxiolytique >>. De tels effets n'avaient encore jamais été mis en évidence avec des probiotiques.
Dans les conditions modernes d'élevage, les facteurs de stress sont nombreux, faisant des animaux d'élevage de bons modèles pour étudier les effets des probiotiques sur le bien-être et le stress. Les probiotiques sont de plus en plus utilisés en nutrition animale, et plusieurs études significatives ont mis en évidence leurs effets sur le stress et le comportement. Par exemple, une levure probiotique développée pour les ruminants aide à régulariser le comportement alimentaire des vaches laitières. D'autres chercheurs ont montré comment certains probiotiques peuvent participer à réduire le stress des truies au moment de la mise-bas, une étape très critique du cycle de production porcine.
Tous ces résultats laissent entrevoir de nouveaux domaines d'applications très prometteurs en santé humaine. Il apparaît que les probiotiques pourraient aider à améliorer la qualité de vie de personnes souffrant de stress ou d'anxiété chronique.
Tous différents
L'une des conclusions évidentes à l'issue du séminaire est la certitude renouvelée que chaque souche de probiotique est unique. Les bénéfices obtenus avec une souche microbienne ou un mélange spécifique de souches ne peuvent pas être étendus à d'autres probiotiques. Certaines études présentées réalisées avec des probiotiques différents donnant parfois des résultats divergents. La communauté scientifique commence à comprendre la nécessité de considérer un probiotique ...
en fonction d'un état de santé.
Un avenir prometteur
Au cours de la table ronde qui clôtura le séminaire, tous s'accordèrent à affirmer que des experts de disciplines aussi diverses et variées tant en santé humaine qu'animale avaient beaucoup à apprendre les uns des autres. Le professeur Phil Sherman, de l'Hôpital des Enfants Malades de Toronto (Canada), qui animait la session, a conclu que " ce séminaire avait été l'occasion idéale de construire des passerelles, non seulement entre académie et industrie, mais aussi entre différentes disciplines." Il apparaît maintenant que nutrition, gastro-entérologie et psychologie doivent de plus en plus tenir compte l'une de l'autre. Tous les participants quittèrent le séminaire avec de nouvelles idées et de nouveaux concepts qui ne manqueront pas de se poursuivre au travers de futurs échanges et collaborations.

http://www.informationhospitaliere.com/voirDepeche_suite_fin.php?id=13452&page=4

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Mar 2 Fév 2010 - 23:02

Etude descriptive des symptômes fonctionnels digestifs dans la population généralefrançaise

Jacques FREXINOS (1), Philippe DENIS (2), Hubert ALLEMAND (3), Sylvie ALLOUCHE (4),Frédéric LOS (5), Geneviève BONNELYE (5)

(1) Service de Gastroentérologie et Nutrition, CHU de Rangueil,Toulouse, (2) Groupe de Recherche de l'Appareil Digestif, HôpitalCharles-Nicolle, Rouen, (3) Département de Santé Publique, CHU, Besançon, (4)Direction Médicale Jouveinal, Fresnes, (5) SOFRES Médical, Montrouge.

Le but de ce travail était d'étudier la prévalence des symptômes fonctionnelsdigestifs (SFD) « déclarés + en des termes aisément compréhensibles par legrand public sans faire appel à des syndromes fonctionnels définis a priori, et d'endécrire les conséquences sanitaires.

Méthodes. -- 4 817 sujets représentatifs de la population généralefrançaise âgée de 15 ans ou plus, ont rempli un auto-questionnaire décrivantleurs éventuels troubles digestifs.

Résultats. -- Par rapport à l'ensemble de la population étudiée(4 817 sujets = 100 %), 70 % des sujets présentaient desplaintes digestives dont 9 % étaient rapportées à une pathologie organiqueprésumée et 61 % à des SFD ; un sous-groupe de 27 % des sujets sedéclarait gêné par ces SFD alors que 34 % paraissaient bien les tolérer. Aupremier rang des SFD étaient les émissions de gaz (59 %), puis « le mal auventre + et/ou les douleurs digestives (48 %), les ballonnements (47 %) lasensation de mauvaise digestion (40 %), la constipation (35 %) l'aérophagie(29 %), la diarrhée (28 %), la mauvaise haleine (22 %) et l'évacuationincomplète des selles (19 %). L'ancienneté des SFD était comprise entre six moiset cinq ans chez 38 % des sujets et supérieure à 5 ans chez 52 %. Dans lesous-groupe des sujets gênés par les SFD (27 %), 9 % consultaient et 18 %ne consultaient pas, alors que dans le sous-groupe des sujets non gênés 3 %consultaient et 31 % ne consultaient pas. Globalement, un traitement sur ordonnanceet/ou par automédication était effectué chez 26 % des sujets, alors que 35 %ne prenaient aucun traitement.

Certaines variables explicatives paraissaient associées à l'apparition de lagêne : associations douleur -- mauvaise digestion, ballonnement -- aérophagie,évacuation incomplète -- origine présumée nerveuse ou organique des SFD, âge, stress,fréquence des SFD. Le recours aux soins était essentiellement associé à l'anciennetédes symptômes, à un âge supérieur à 65 ans, des douleurs digestives, une origineprésumée organique et à la fréquence des SFD.

Conclusion. -- Cette enquête descriptive pragmatique montre la très grandeprévalence des SFD, qui touchent 28 millions de Français. Les troubles fonctionnelsdigestifs (TFD) au sens « académique + du terme ne constituent qu'unsous-ensemble des SFD. L'impact des SFD en termes de santé publique est donc biensupérieur à ce que laisse transparaître l'étude des catégories nosologiqueshabituellement utilisées.

Pratique clinique -- +pidémiologie -- Motricité digestive -- Pathologiefonctionnelle digestive.



http://www.em-consulte.com/article/97875

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Mar 2 Fév 2010 - 23:05

Les probiotiques renforceraient le système immunitaire


LaNutrition.fr, le 25/08/2008

Les probiotiques sont connus pour protéger des infections intestinales. Mais d’après une nouvelle étude irlandaise, le renforcement de la défense immunitaire par les probiotiques bénéficierait à tout l’organisme, du moins chez la souris.

Les probiotiques seraient bénéfiques à tout l’organisme ? Oui, d’après une nouvelle étude parue dans la revue Public Library of Science (PLoS) Pathogens. En règle générale, le corps répond aux infections par une réponse immunitaire rapide et efficace. Cependant, il peut arriver que cette réponse immunitaire cause une inflammation et des dommages aux tissus sains. Et l’inflammation est un facteur majeur de maladies chroniques. D’après les résultats de cette étude, une bactérie probiotique isolée dans l’intestin des humains limiterait ces dommages.

Une équipe de chercheurs, menés par le docteur Liam O’Mahony de l’Université de Cork en Irlande a introduit une bactérie probiotique dans l’organisme de souris. Trois semaines après, ils ont injecté la salmonelle à ces mêmes rongeurs, une bactérie qui peut causer des infections intestinales et déclencher une réponse inflammatoire. Les animaux qui ont reçu la bactérie ont vu leurs cellules contrôlant le système immunitaire en réponse à l’infection causée par la salmonelle augmenter. Par ailleurs, les chercheurs ont également observé une augmentation des lymphocytes T, des cellules du système immunitaire général qui servent à lutter contre les inflammations.
En résumé, non seulement la bactérie probiotique améliore la protection contre l’infection par la salmonelle mais en plus, elle limite les dommages qui pourraient apparaître à cause d’une réaction inflammatoire excessive.

Le bémol : cette étude a été conduite chez des souris et les chercheurs ne savent pas si les résultats seront identiques chez l’homme. Une étude antérieure avait trouvé que la bactérie en question aurait des effets bénéfiques chez les personnes souffrant du syndrome de l'intestin irritable.

O'Mahony C, Scully P, O'Mahony D, Murphy S, O'Brien F, Lyons A, Sherlock G, MacSharry J, Kiely B, Shanahan F, O'Mahony L. Commensal-induced regulatory T cells mediate protection against pathogen-stimulated NF-kappaB activation. PLoS Pathog. 2008 Aug 1;4( 8 ) :e1000112.


http://www.lanutrition.fr/Les-probiotiques-renforceraient-le-syst%C3%A8me-immunitaire-a-2787-145.html

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Mar 2 Fév 2010 - 23:11

Medecines Douces et Sophrologie,
Nouvelle Lettre Mensuelle N°66 JUIN 2009 en Mode Texte envoyée à 52.856 abonnés
Antenne des Medecines Douces, de la Sophrologie et des Thérapies Brèves
- News Letter - JUIN 2009 -

Bonjour à toutes et tous,
Si vous désirez la consulter en version html, rendez-vous sur http://www.medecines-douces.com/news/66_juin09.htm
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Santé Intégrative:
Sante Integrative, le Mag de la Medecine Integrative. Psychothérapies Intégratives, Thérapies Intégratives, Médecines Intégratives.
« La santé est intégrative » nous dit Martine Laval dans son interview Santé et engagement. Effectivement, notre état de santé est la résultante de nombreux facteurs internes et externes qui s’additionnent ou se multiplient pour déboucher sur un état qui nous satisfait plus ou moins. On retrouve aussi les notions de créativité, puisque chaque individu est unique, et de chronologie car le facteur temps est déterminant, essentielles à l’intégration. Il va donc de soi que pour aborder nos maladies et notre état de santé, nous devons comprendre et utiliser les connaissances intégratives.
-La thérapie EMDR est-elle intégrative ?
http://www.medecines-douces.com/sante-integrative/emdr-therapie-integrative.htm
-La Phytothérapie
http://www.medecines-douces.com/sante-integrative/phytotherapie.htm
- Incertitudes et solitude du patient
http://www.medecines-douces.com/sante-integrative/incertitudes-solitudes-patient.htm

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
MEDECINES-DOUCES.TV
Medecines Douces, Médecines Intégratives, Thérapies Intégratives, de l'Hypnose à l'Ostéopathie en passant par la Sophrologie, l'Homéopathie, la Psychothérapie Intégrative, l'Acupuncture...
Le nouveau site partenaire de medecines-douces.com: http://www.medecines-douces.tv
Vous avez des questions, nous avons les réponses:
Rendez-vous sur notre Forum: http://www.medecines-douces.tv/index.php?action=forum
Vous cherchez un local à louer, ou un remplacement ?
Nos Petites Annonces : http://www.medecines-douces.tv/index.php?action=annonce

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Valérie TOUATI - Ostéopathe D.O.à Paris 75004
Ostéopathie Crânienne, Ostéopathie Viscérale, Ostéopathie Structurelle
Diplômée au CEESO Paris (Centre Européen d' Enseignement Supérieur de l'Ostéopathie )
Quand consulter un ostéopathe ?
http://www.medecines-douces.com/cabinet-osteopathie-paris/consultation_osteopathe.htm
http://www.osteo-osteopathe-osteopathie-paris.fr
Cabinet de Psychothérapie Analytique - LACRUZ Stéphanie
Psychothérapeute, Psychanalyste
- Titulaire du DESS de Psychologie Clinique du Travail
- Diplôme d'Etudes Supérieures Appliquées en Psychologie
http://www.medecines-douces.com/cabinet_psychanalyse
Laure BENNAHMIAS - Psychologue du travail
- DESA Psychologie du Travail
- Master II Psychologie et pratiques de l’orientation professionnelle
http://www.medecines-douces.com/psychologie-psychotherapie-paris/
46, Quai des Célestins
75004 Paris
Métro Pont-Marie, Saint-Paul (Face à l'Ile Saint -Louis, proche de Bastille)
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Remboursements Mutuelles et Ostéopathie
Remboursement en Ostéopathie 2009
Comment être rembourser en Ostéopathie?
Voici la liste des mutuelles et leurs remboursements en Ostéopathie!
http://www.osteo-osteopathe-osteopathie-paris.fr/Osteopathie-et-Remboursement-Mutuelles-Complementaires,-Remboursement-Osteopathie-2009_a42.html
Ostéopathie et Stress
Lors d’une agression physique ou psychologique, l’organisme va pouvoir s’adapter en mettant en jeu le système nerveux végétatif et le système hormonal : cette réaction se nomme le STRESS.
http://www.osteo-osteopathe-osteopathie-paris.fr/Stress-et-osteopathie,-traiter-le-stress-grace-a-l-osteopathie_a41.html

Ostéopathie et Colopathie fonctionnelle ou syndrome de l'intestin irritable
La colopathie fonctionnelle ou syndrome du colon irritable sont les termes génériques pour désigner l’ensemble des troubles organiques ou fonctionnels du colon.
http://www.osteo-osteopathe-osteopathie-paris.fr/Colopathie-fonctionnelle-ou-syndrome-du-colon-irritable_a40.html

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Revue HYPNOSE ET THERAPIES BREVES
http://www.medecines-douces.com/hypnose-therapies-breves/index.html
L’hypnose et les thérapies brèves rencontrent désormais l’intérêt du public et bien sûr des thérapeutes. Une revue devenait nécessaire pour témoigner de la vivacité de ces thérapeutiques.

Ce mois-ci: -La mémoire du corps: Hypnose et Psychosomatique
Nous avons tous vu arriver ces patients désespérés parce qu’un confrère épuisé leur a déclaré : « vous n’avez rien, c’est tout dans la tête ». « Mais moi, c’est au ventre que j’ai mal ».
Oui, notre patient a bien mal au ventre… car son ventre parle de toutes ces blessures que la conscience claire a oubliées (ou refoulées) mais dont le corps se souvient. Peut-on parler de mémoire du corps ? Nous n’en avons aucune preuve scientifique mesurable, mais c’est une hypothèse de travail très thérapeutique.
http://www.medecines-douces.com/hypnose-therapies-breves/hypnose-psychosomatique-memoire-corps.htm

-Hypnose et thérapie de couple: Forger l’alliance
Voici ce que les vieux cherokees racontent aux enfants pour les initier à leur future vie de couple...
Il y a bien longtemps, tout au début du monde, vivaient le premier homme et la première femme. Ils partageaient chaque instant de la vie, passant leurs journées à découvrir les merveilles de la terre et leurs nuits à découvrir le plaisir d'être ensemble.
http://www.medecines-douces.com/hypnose-therapies-breves/hypnose-therapie-couple.htm
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Nouveauté: Revues Sexualités Humaines
http://www.medecines-douces.com/sexualites-humaines/index.html
Si ce titre est au pluriel, c'est pour marquer une volonté d'ouverture et proposer une vision élargie des mystères de la sexualité. Son sous-titre "revue de sexologie des professionnels de santé" précise la qualité des auteurs, tous impliqués dans la pratique clinique.
Ce mois-ci:
-AIMER JUSQU’AU BOUT DE SON AGE: Accepter le vieillissement sans renoncer à sa sexualité

Le vieillissement de la population général est un fait nouveau dans l’histoire de l’humanité. Nous vieillissons, nos corps vieillissent, mais nos cœurs, nos désirs et nos attentes restent les mêmes : aimer jusqu’au bout de notre âge pour nous sentir toujours vivants et jusqu’au dernier de nos jours.
http://www.medecines-douces.com/sexualites-humaines/vieillissement-sexualite.htm
-SEXUALITÉ APRÈS L’ACCOUCHEMENT: II n’y a plus d’avant ?
Elles parlent… En introduction à ces quelques réflexions sur la sexualité du post-partum, je voudrais rapporter ces deux propos de patientes rencontrées en consultation dans les mois suivant leur accouchement. Evoquant sa sexualité depuis la naissance de son premier enfant, au terme d’un accouchement dit normal, l’une lâche sur un ton sentencieux : « Il faut que je réapprenne. » Quant à la seconde, elle arbore sur sa sexualité modifiée un regard étonné, le sourire en coin, pour dire : « C’était pourtant la même maison, mais on avait changé les murs ! »
http://www.medecines-douces.com/sexualites-humaines/sexualite-accouchement.htm
-J’AI PAS ENVIE… :Une relation basée sur la confiance et l'éthique
Une demande:« J’ai pas envie, il n’a pas envie, il me dit que je n’ai pas assez envie de
lui ».La parole est hésitante, peu audible. Lorsqu’ils viennent en couple, ils se sont regardés pour savoir qui allait parler le premier.
http://www.medecines-douces.com/sexualites-humaines/sexualite-pas-envie.htm

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
* * * Livres du mois * * *
***** Métaphore. Manuel de communication métaphorique: métaphores et contes populaires, pédagogiques et thérapeutiques (5e éd.)*****
Kérouac Michel
Les métaphores thérapeutiques sont à l'inconscient personnel et aux croyances ce que les contes sont à l'inconscient collectif et aux mythes... Elles sont des outils puissants de communication. Nous pouvons les utiliser dans le but d'aider les membres de notre milieu : enfants, conjoints, clients, patients, élèves, employés ou patrons, qui se trouvent dans des situations difficiles.
http://www.medecines-douces.com/biblio/ldm/juin_2009.htm

***** Au-delà des miracles. Un état des lieux de la thérapie brève solutionniste . *****
De Shazer S., Dolan Y., Korman H., Trepper T., McCollum E., Berg I.K.

Ce dont on ne peut parler, il faut le taire. Cette dernière proposition du Tractatus de Ludwig Wittgenstein résume assez bien l’approche exigeante de la Thérapie Brève Solutionniste (TBS) développée par Steve de Shazer et Insoo Kim Berg
http://www.medecines-douces.com/biblio/ldm/juin_2009.htm
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
SCANDALEUX! La liberté d'expression encore bafouée !!!
Avant la parution d'un livre sur l'EMDR, David Servan-Schreiber en avait demandé l'interdiction !!!
Procurez-le vous avant qu'il ne soit trop tard.
http://www.medecines-douces.com/biblio/integration_mouvements_oculaires.htm
Lire un extrait du Canard Enchaîné sur l'EMDR et Servan-Schreiber
http://www.medecines-douces.com/emdr/emdr-france.htm
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
* * * Ils nous ont rejoints ce mois-ci, découvrez-les * * *
# DE SORIA Laurence, Coaching, PNL, Sophrologie à Balma
# FRANCK-LEVASSEUR Nathalie, Kinésiologie à CHATOU
# DELAFOULHOUZE Christine - "le Dit de soi", Praticienne de Rebirth, Respiration Consciente à L'UNION
# ERCILLA Anne,Praticienne en Acupuncture, Pharmacopée Chinoise et Shiatsu à CERGY PONTOISE
# FOUCHER Peggy, Masseur Kinésithérapeute, Praticienne en Reflexologie Plantaire à St Jean de Braye
# MARCAIS Christine,Naturopathe, Massage-bien-être, Fleurs de Bach à Marseille
# VINCENT Béatrice,Coach professionnel à PARIS
# GOMEZ-ECHEVERRI Isabelle,Praticienne de santé en Naturopathie à PARIS
# BRUASSE Anne-Sophie, Sophrologue à Montrond-Les-Bains
# MONTAGNANI Catherine, Réflexologue à Mérignac
# LUDIN Florence, Bio Energeticienne à LYON
# KERNILIS Serge,Kinésiologie à LES GONDS
# SEBERECHT GAMBINI Véronique, Somatothérapeute à Nice
# LARDEUX Sandra, Kinésiologie, Decodage Biologique à Toulouse
# PERRETTE Marianne,Praticienne en Coaching et PNL àParis
# MENG Laurence, Sexothérapeute, Praticienne en PNL à STRASBOURG


Retrouvez-les sur http://www.medecines-douces.com/annuaires/nouveaux.htm

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
HYPNOSE ET DOULEUR
L'apport de l'hypnose éricksonienne (ou hypnose clinique) dans le cadre de la douleur chronique et de la douleur aiguë, nous montre aujourd'hui l'importance de cet outil thérapeutique médical de 1er ordre, tout en étant complémentaire des traitements antalgiques...
http://www.medecines-douces.com/resources/hypnose-douleur/hypnose_douleur.htm
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
- COMMANDEZ LES CASSETTES ET CD DES CONFERENCES DE SIGNES ET SENS MAGAZINE (ex PSYCHANALYSE MAGAZINE)
1 "L'art-thérapie : un processus de transformation"
2 "Dédramatiser la scolarité"
3 "Que nous disent nos enfants"
4 "Le sens des maux"
5 "Comment sortir de l'échec"
6 "Comprendre la psychanalyse"
7 "La psychanalyse corporelle" : le corps a-t-il une mémoire des traumatismes de l'enfance ?
8 "Itinéraire d'un médecin pas comme les autres"
9 "Monothéïsme et psychanalyse"
10 "La sophrologie : une thérapie à médiation corporelle"
11 "Graphologie et lien psychanalytique"
12 "Les jeux du pouvoir et du désir à l'école"
13 "Les parents, l'ado et le cannabis"
14 "Accompagnement pour mourir vivant"
15 "Psychanalyse et violence : la violence commence-t-elle au berceau ?"
16 "Le sens de la maladie d'amour"
17 "La psychanalyse à l'écoute de soi"
18 "Le langage de l'abandon"
19 "Psychogénéalogie et abandon"
20 "La psychanalyse à l'écoute de l'abandon"
21 "L'I.V.G. : acte manqué ou discours réussi ?"
22 "Quand l'I.V.G. se fait contraception"
24 "L'I.V.G., une intervention pas comme les autres"
25 "Se libérer du temps généalogique"
26 "Apprendre à lire autrement : pour les dyslexiques et les autres"
27 "L'ambivalence de la mère : amour, haine"
28 "La thérapie vocale : l'action thérapeutique de la voix sur le capital santé"
29 "L'enfant et l'écriture : une réparation singulière"
30 "Amour et couple font-il bon ménage ?"
31 "Accueillir la dépression : la culpabilité de l'innocent"
32 "La créativité dans le langage des dyslexiques"
33 "Le bonheur passe-t-il par la maîtrise des émotions ?"
34 "Inconscient et destin, un couple légitime ?"
35 "Triompher des vertiges de la séparation"
36 "Comment ne plus souffrir"
37 "Guérir de la nostalgie fusionnelle"
38 "Transmettre la psychanalyse au XXIème siècle"
39 "L'enfant, porte-parole des doutes des parents"
40 "Utiliser la ligne du temps pour évoluer"
41 "Oser s'affirmer"
42 "La psychosomatique chez le nourrisson"
43 "Les mots du corps"
44 "Réparation, résilience et pardon"
45 "La psychanalyse dans tous ses états"
46 "La fonction du père"
Au titre d'une dynamique de développement, Psychanalyse Magazine et Je Magazine ont fusionné et s'appellent désormais SIGNES ET SENS.
Dans cette démarche nouvelle d’ouverture, SIGNES ET SENS intègre davantage de thèmes de société tels que la santé, l’harmonie, l’équilibre, la formation personnelle, le bien-être, la vie saine, le développement personnel et le champs Psy dans sa globalité.
http://www.medecines-douces.com/psychanalysemagazine/k7.htm

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Non fumeur en 6 semaines avec l’hypnose...
Un nouveau processus de sevrage tabagique qui a fait ses preuves et qui agit en profondeur sur les causes conscientes et inconscientes.
Le protocole est organisé en 6 séances dont le processus tient compte des dimensions cognitivo, comportementales, psychodynamiques et interactionnelles. (taux de réussite à 1 an : 60 à 80 %).
Cabinet ReSources
41 rue Oberkampf
75011 PARIS
01.43.55.11.66
46 Quai des Célestins
75004 PARIS
01.43.55.11.66
http://www.medecines-douces.com/resources/tabac.htm

Béatrice BEGHEIN
Bruxelles
02.513.78.51
http://www.medecines-douces.com/centre-anti-tabac/bruxelles/index.html

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>

Stages, Ecoles et Formations
Retrouvez les ecoles et centres de formations, ainsi que les stages.

Stage de Fu Wei Carole Braéckman : http://www.medecines-douces.com/stages/stage_fu_wei.htm
Formation en Coaching à TOULOUSE, Jean-Michel LEBLOND : http://www.medecines-douces.com/stages/stage/leblond/

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
MICHELE FREUD FORMATIONS
Sous forme de séminaires, formations, ouvrages et supports audio, Michèle Freud, Psychothérapeute et Sophrologue propose une approche originale de l'épanouissement de l'être.
"C'est parce que nos souffrances affectives s'inscrivent dans notre corps qu'il semble utile d'apprendre à exprimer nos vrais besoins.
Ces séminaires vous aideront à développer une nouvelle intelligence émotionnelle, celle du coeur ...
Pour leur élaboration, je me suis beaucoup nourrie de ma pratique au quotidien."
http://www.medecines-douces.com/michelefreud/index.html
Retrouvez toutes les dates de formations dans l'agenda des formations sur Medecines-Douces.TV
http://www.medecines-douces.tv/Sophrologie,-Formations,-Stages_ac4556.html
Michèle Freud Editions:
Michèle Freud est diplômée de la faculté européenne de sophrologie, collège médical. Elle consulte en cabinet privé et organise stages et séminaires en sophrologie.
Elle forme aussi de futurs sophrologues et assure leur supervision.
5 CD fondamentaux
Mieux Etre par la Sophrologie 1, Mieux Etre par la Sophrologie 2, Mieux Etre par la Sophrologie 3, Gestion du Stress, Mieux Dormir avec la Sophrologie
http://www.medecines-douces.com/biblio/sophro1.htm
Vient de paraître « Réconcilier l’âme et le corps »,
40 exercices faciles de sophrologie chez Albin Michel
Dans un langage clair et accessible à tous, Michèle Freud propose dans cet ouvrage d’acquérir des techniques pour développer ses ressources positives et faire face à diverses situations de la vie quotidienne...
http://www.medecines-douces.com/biblio/sophro1.htm
La confiance en soi.
Nous possédons tous des ressources insoupçonnées auxquelles nous n’avons pas toujours accès. Stress, blocages, timidité, histoire de vie rendent souvent difficiles cette plongée en soi à la découverte de sa richesse intérieure. Quelquefois, la confiance en soi est limitée du fait de processus de pensées où nous nous enfermons dans des schémas mentaux qui bloquent notre évolution...
http://www.medecines-douces.com/biblio/sophro1.htm
Sophrologie pour enfants.
Ce CD de sophrologie propose à l’enfant de découvrir, expérimenter et développer les outils de sa propre détente.Lesinductions, les métaphores utilisées et la musique enveloppante favorisent la créativité et l’imagination positive. Elles ont été spécialement conçues pour permettre à l’enfant d’installer le calme, laconfiance en soi et une plus grande sécurité intérieure.
http://www.medecines-douces.com/biblio/sophro1.htm

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
* * * Psycho-Ressources: Le bottin francophone des professionnels de la psychologie * * *
Vous cherchez un psy ? Vous aimeriez discuter de psychologie ?
Psycho-Ressources est un veritable portail de psychologie avec un service d'annonces classées, un forum de discussion, une section de dialogue en direct, des rubriques d'informations et des textes en psychologie.
Si vous êtes professionnel, devenez membre... Si vous êtes amateur de psychologie, venez discuter...
2000 visiteurs par jour - 20000 messages dans le forum - plus d'une centaine de professionnels membres et près de 18.000 abonnés à notre bulletin gratuit! C'est à voir...
http://www.psycho-ressources.com/
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Le site de livres à l'usage des professionnels des thérapies brèves
Livres-Psy.com http://www.livres-psy.com
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
STAGE de DRAINAGE LYMPHO-ENERGIE
Relance lymphatique associée à l'énergétique chinoise :
Paris :
Module n°1 : 28 septembre au 2 octobre
Module n°2 : 26 au 30 octobre
Module n°3 : 14 au 18 novembre
Module n°4 : 14 au 18 décembre

Lausanne (Suisse) :

Module 1 : 22 au 26 juin
Module n°2 : 14 au 18 septembre
Module n°3 : 12 au 16 octobre
Module n°4 : 6 au 10 novembre

Le Massage Douceur du Monde®️
Une belle gestuelle, véritable chorégraphie issue des plus belles traditions orientales:
Paris :
Corps : 20 au 25 juillet
Visage : 4 au 6 juillet

Lausane (Suisse) :
Corps : 11 au 16 juillet
Visage : 24 au 26 août

Cette méthode a pour objectif d’optimiser nos ressources énergétiques et de réduire: stress, perte de vitalité, difficultés circulatoires, cellulite et rétention d’eau…
Le système lymphatique épure les toxines de notre organisme. S’il s’engorge, il y a une accumulation de déchets dans nos tissus. Souvent ralenti suite à notre mode de vie, il nécessite une remise en route par un massage très doux : le drainage lymphatique.
La dextérité du praticien à toute son importance étant donné que les vaisseaux lymphatiques sont très fins et circulent « à fleur de peau ». La juste pression (40 milligrammes de mercure) équivaut à un geste léger. Ce traitement adéquat, va permettre au flux lymphatique d’être accéléré, jusqu’à 10 fois plus qu’en temps normal.
http://www.medecines-douces.com/lympho_energie/stages.htm
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
SOCIETE DE PORTAGE pour les PROFESSIONNELS
Tout est parti de cette question qui nous a été posée maintes et maintes fois :
« Et toi, comment as-tu fait pour démarrer et t'installer ? »
Quand nous avons décidé de nous établir en indépendants à l'époque, nous avions déjà épluché toutes les options (pour gens ordinaires, non subventionnés, ceux qui ne peuvent prétendre à rien de particulier !).
Mais depuis ce temps, le portage s'est développé, à tel point que l'APCE (agence pour la création d'entreprise), l'ANPE, et autres organismes affiliés le mentionnent dans leurs réunions de présentation comme LA solution pour démarrer sans risque et sans capital.
Paris Match, eh oui, lui a même consacré un article (n° 2981, juillet 2006) : « Portage Salarial, une nouvelle façon de travailler » et donne son conseil d'expert : « l'outil est simple, testez-le en faisant un essai. Si la formule ne vous convient pas, il suffira de démissionner de la société de portage. » Mais oui, c'est aussi simple que ça !
Adpi Portage s'adresse à toute personne résidant en France. L'intégralité des formalités se fait par Internet ou par courrier.
http://www.adpi-portage.com/
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
* * * Et ce mois-ci sur homeophyto.com * * *
Asthme et Allergies
Asthme et homéopathie, traitement de la crise : À l'encontre de la médecine dite moderne qui fragmente le patient en organes malades, (l’asthmatique aura par exemple affaire au pneumologue, à l’allergologue, voire au psychiatre)...
Asthme et homéopathie, traitement de terrain : LE TUBERCULINISME, Ce terrain allie Fatigue, déminéralisation, désordres immunitaires et instabilité thermique. On retrouve fréquemment une fragilité hépatique, une sensibilité au froid sur le plan des affections rhino-pharyngées, des faiblesses articulaires avec douleurs de croissance...
Asthme, traitements adjuvants: Le bourgeon de cassis contient à l'état latent toutes les potentialités de la plante adulte. On y retrouve en effet les ébauches des feuilles et des fleurs. C'est un véritable "concentré naturel"...
Les allergies : L’homéopathie offre de réelles possibilités dans la prise en charge de la maladie allergique, tant sur le plan du soulagement des symptômes que dans la compréhension du terrain qui sous-tend les manifestations allergiques...
Le rhume des foins : Deux à trois mois avant la date présumée du début du rhume des foins, il faut consulter un homéopathe afin qu’il détermine le traitement de terrain...
La conjonctivite allergique : Souvent combinée à la rhinite allergique, la conjonctivite est particulièrement invalidante en saison pollinique pour les personnes atteintes. Elle fait partie du cortège du rhume des foins...
Homéopathie et désensibilisation, l'isothérapie : L’isothérapie est une technique homéopathique qui vise à améliorer la tolérance du patient vis-à-vis des allergènes responsables de leurs maux...
Asthme et allergies aux poussières de maison Le cafard au secours de l’homme ! Il fait partie de la famille des blattidés, riche d’environ 3000 espèces. C’est un insecte extrêmement robuste, résistant aux radiations, chocs thermiques, pollution...
De l’intérêt des isothérapiques de la mer morte dans le traitement du psoriasis Dr. Isidore RUBINSTEIN
On observe une amélioration de l'état général, moins de fatigue, parfois une certaine euphorie. Le psoriasis est moins virulent; il régresse...
http://www.homeophyto.com
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
INSTITUT EUROPEEN DE RECHERCHE EN SOPHROLOGIE ET PSYCHOTHERAPIE
http://www.sophrologie.com/iersp/
PROGRAMME DE LA FORMATION EN WEEK-END. 2009/2010
1ere Année: 1er SEMINAIRE 10 et 11 octobre 2009
Historique et définition de la sophrologie. Une rencontre entre l’hypnose, la psychanalyse et le yoga. Sophronisation de base, état sophronique et désophronisation. Etats modifiés de conscience.
Schéma corporel et vécu corporel.
2ème année: 1er Séminaire : 25 et 26 Septembre 2010
Sophromnésie. Sophro-association d'idées. Sophro-association d'images. Sophromnésie analytique. Sophro-Analyse.
3ème année:6 eme Séminaire: samedi 16 Juin 2009
- Accompagnement des personnes en fin de vie (soins palliatifs)
- Accompagnement des personnes en situation de deuil.
Retrouvez toutes les dates de formations dans l'agenda des formations sur Medecines-Douces.TV
http://www.medecines-douces.tv/Sophrologie,-Formations,-Stages_ac4556.html

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
SOPHROLOGIE EN GROUPE
Catherine Michaeli, sophrologue caycedienne, organise des Groupes de Sophrologie et des Stages en Développement Personnel
http://www.medecines-douces.com/stages/stage/michaeli
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Sites en Synergie
Medecines-douces.tv: Medecines Douces, Médecines Intégratives, Thérapies Intégratives, de l'Hypnose à l'Ostéopathie en passant par la Sophrologie, l'Homéopathie, la Psychothérapie Intégrative, l'Acupuncture... Retrouvez nous sur notre chaîne intéractive!
Le nouveau site partenaire de medecines-douces.com: http://www.medecines-douces.tv
Hypnose-ericksonienne-paris.fr: Cabinets Hypnose à Paris, Cabinets Hypnose Ericksonienne Paris, Cabinets de Consultations en Hypnose Paris, Thérapies Brèves Paris, EMDR Paris
http://www.hypnose-ericksonienne-paris.fr
Osteo-osteopathe-osteopathie-paris.fr:A propos d'Ostéo à Paris... Ostéopathe à Paris ... Ostéopathie à Paris ...
Les réponses d'une Osteopathe à Paris
http://www.osteo-osteopathe-osteopathie-paris.fr
Psychotherapie.fr
Au sujet des Psychothérapies, Thérapies Brèves, Hypnose Ericksonienne, EMDR, IMO, HTSMA, Sophrologie, Sophrologie Caycedienne, Paris, France, Europe...
http://www.psychotherapie.fr/
Sophrologies.eu
Sophrologie Caycédienne, Sophrologie non Caycédienne, Autres Approches de la Sophrologie ...Sophrologie à Paris
http://www.sophrologies.eu/
Hypnose-Ericksonienne.org
Le site officiel de l'Hypnose Ericksonienne, Congrès d'Hypnose, Formations d'Hypnose
http://www.hypnose-ericksonienne.org
Cabinet Valérie TOUATI Ostéopathe à Paris 04. Ostéopathie cranienne, ostéopathie viscérale, ostéopathie structurelle
http://www.osteopathe-paris.fr
Bio-Logique.info, Tout sur le bio, la vie en bio, les produits biologiques
http://www.bio-logique.info
Fleurs-de-Bach
Comprendre les fleurs de Bach.
Classification et indications du traitement par la Fleur de Bach
http://www.fleurs-de-bach.fr
Hypnose-Paris
Une autre approche de l'hypnose médicale, de l'hypnothérapie clinique
http://www.cabinet-hypnose-paris.com
Reflexologie.FR
Le site officiel de la reflexologie en France
http://www.reflexologie.fr
Nouvelle EMDR
L'EMDR pour vous aider à traiter des traumatismes du passé
http://www.emdr-paris.com
EMDR en FRANCE
http://www.emdr.fr
Hypnose Ericksonienne
Le site de référence sur l'hypnose ericksonienne en Europe
http://hypnose-ericksonienne.asso.fr/
Institut Milton Erickson d'Avignon
http://www.hypnose-clinique.com
Dates des Formations de l'Institut Milton Erickson d'Avignon
http://www.hypnose-ericksonienne.org/Formations-IMHE-Avignon_ac4068.html
Institut Emergences Rennes
http://www.emergences-rennes.com
Dates des Formations de l'Institut Emergences Rennnes en Hypnose et Thérapies Brèves
http://www.hypnose-ericksonienne.org/Institut-Emergences-Rennes_ac4083.html
Formations Certifiantes et Congrès en Hypnose Ericksonnienne
http://www.hypnose-formation.eu
http://www.formation-hypnose.eu
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Venez goûter et préparer avec moi !
Ateliers de cuisine bio, de plantes sauvages, repas pédagogiques, traiteur, vous pouvez désormais tester ma cuisine bio, saine et gourmande, à base de légumes, céréales et légumineuses... C'est gai, créatif, toujours gourmand et enrichissant... Je peux même animer des ateliers chez vous !
http://www.bio-logique.info/alimentation/ateliers-presentation.htm
Séjours à thème en chambre d’hôtes dans le Gard
http://www.medecines-douces.com/stages/lieux-stages/arc-plumes.htm
<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>

devenez sponsor de cette news letter envoyée à 52.856 abonnés
Copyright 2009
Antenne des Medecines Douces et de la Sophrologie
http://www.medecines-douces.com http://www.sophrologie.com http://www.rayon-livres.com http://www.livres-psy.com
http://www.medecines-douces.tv

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Aline
AUTISME


Logiciel(s) : Psp 12-AS -Avidemux-photoshopcs5-Aleobanner-EAnim-Inpaint-Gimp
Messages : 1326
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 47
Localisation : BREST

MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   Mar 2 Fév 2010 - 23:15

Lp 299v, le probiotique pour les patients du syndrome de l'intestin irritable gagne l'Espagne
Communiqué publié le 18 mars 2009 à 13h00 par PR NewsWire | 0 réaction(s) MONTREAL, Canada, March 18 /PRNewswire/ -- -


Le syndrome de l'intestin irritable toucherait 10 à 20% de la population occidentale Institut Rosell-Lallemand annonce que son partenaire espagnol, le groupe pharmaceutique Salvat, lance ...
MONTREAL, Canada, March 18 /PRNewswire/ --
- Le syndrome de l'intestin irritable toucherait 10 à 20% de la population occidentale
Institut Rosell-Lallemand annonce que son partenaire espagnol, le groupe pharmaceutique Salvat, lance un complément alimentaire contenant le probiotique Lactobacillus plantarum 299v, cliniquement et scientifiquement documenté pour ses bénéfices chez les patients atteints du syndrome de l'intestin irritable. Le probiotique sera vendu sur le marché espagnol sous le nom Protransitus LP. Le probiotique Lp 299v est également présent sur le marché français depuis 2005, où il est commercialisé avec succès sous la marque Bion Transit par la société Merck Médication Familiale. Après la France, mais aussi les Etats-Unis, l'Afrique du Sud, la République Tchèque, le Canada, la Grèce, le Chili, l'Inde et la Belgique, il s'agit du dixième lancement dans le monde de complément alimentaire contenant le probiotique Lp 299v et produit par l'Institut Rosell-Lallemand.
Maxence de Villemeur, Chef Produit Gastroentérologie pour l'Institut Rosell-Lallemand a expliqué : En Espagne, on estime que le syndrome de l'intestin irritable affecte plus de 11% de la population, ce qui représente environ 4,5 millions de personnes. Cependant, la plupart des spécialistes considèrent que la prévalence de ce syndrome est très largement sous-estimée et qu'il représente encore un domaine de besoins médicaux non couverts, du fait notamment de la complexité de ce trouble fonctionnel et d'une méconnaissance de son étiologie. Comme on a pu l'entendre la semaine dernière lors du congrès de gastroentérologie de Madrid, les probiotiques peuvent représenter une solution naturelle efficace pour aider les patients atteints de ce syndrome, en particulier la souche L. plantarum 299v qui bénéficie d'une bonne documentation clinique. Elle ajouta: Nous sommes confiants dans la stratégie et le positionnement de notre partenaire Salvat pour que notre produit pénètre le marché espagnol.
Le syndrome de l'intestin irritable est le trouble fonctionnel du système gastrointestinal le plus répandu. Il se caractérise par des douleurs abdominales, des ballonnements et un transit intestinal irrégulier. On estime sa prévalence à 10 à 20% de la population occidentale et il affecte lourdement la qualité de vie des patients. Le mode d'action unique ainsi que les bénéfices du probiotique Lp299v pour les patients atteints de syndrome de l'intestin irritable sont scientifiquement documentés et protégés par de nombreux brevets. De fait, une étude clinique randomisée en double-aveugle contre placebo a montré une diminution de l'inconfort intestinal jusqu'à 95% (contre 15% avec placebo), tandis que flatulences et douleurs abdominales diminuaient également de façon significative[1]. La souche Lp299v fut à l'origine sélectionnée par la société suédoise Probi AB, et un accord de licence exclusif pour le marché des compléments alimentaires a été signé avec l'Institut Rosell-Lallemand fin 2003.
Notes aux éditeurs
A propos de Lallemand et de l'Institut Rosell
Lallemand Inc. est une entreprise privée canadienne, qui développe, produit et met en marché des levures et des bactéries, ainsi que d'autres ingrédients reliés à ces micro-organismes ou à leurs marchés. Institut Rosell fait partie du groupe depuis 1998, et représente aujourd'hui la Division Santé et Nutrition Humaine du groupe Lallemand, se concentrant sur la sélection, le développement, la production et le marketing de probiotiques pour les industries alimentaire et pharmaceutique. OEuvrant dans la mise en oeuvre et production de microorganismes vivants depuis 1932, la société a mis en place des programmes de recherche pour mieux comprendre les propriétés, les mécanismes d'action et les effets bénéfiques sur la santé de sa gamme de probiotiques et autres micro-organismes ou leurs dérivés. Pour plus d'informations, merci de vous reporter aux sites : http://www.lallemand.com et http://www.institut-rosell.com ou de contacter human@lallemand.com.
---------------------------------
[1] Niedzielin K., Kordecki H., Birkenfeld B.: "A controlled, double-blind, randomized study on the efficacy of Lactobacillus plantarum 299V in patients with Irritable Bowel Syndrome." Eur. J. Gastroenterol. Hepatol. Oct. 2001; 13 (10): 1135-6.
Source(s) : Lallemand SAS


http://www.generation-nt.com/lp-299v-probiotique-pour-patients-syndrome-intestin-newswire-250031.html

_________________
Bienvenue Invité passe une bonne journée!

Blog de Gary, mon fils autiste sévère:
http://troubleautisme.skyrock.com/
Blog de Grégory, mon fils ainé Syndrome de little:
http://elkwikikidel29200.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://troubleautisme.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le syndrome de l'intestin irritable   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le syndrome de l'intestin irritable
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Syndrome de l'intestin irritable
» Le régime faible en FODMAP contre le Syndrome de l'intestin irritable
» Fiche naturo: Syndrôme de l'intestin irritable
» La farine de coco
» Le syndrome de fatigue chronique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Rose de l'Espoir :: MALADIES :: SYNDROMES ET MALADIES ASSOCIÉES-
Sauter vers: